Sciences

VIDÉO. Quand la Lune photobombe la Terre

Temps de lecture : 2 min

C'est probablement la plus belle chose que vous verrez aujourd’hui.

Nasa/NOAA

La Nasa nous a habitués à prendre des clichés superbes de l’espace et à nous émerveiller toujours un peu plus semaine après semaine. À force, on pourrait presque finir blasés par toutes ces publications. Et puis l’agence américaine nous montre ça:

La Lune qui photobombe la Terre l’espace de quelques instants. Le tout capturé par un de ses satellites. Cette fois-ci, c’est DSCOVR, l’observatoire du climat depuis l’espace lointain de la Nasa, un satellite en orbite autour du Soleil à environ 1,5 millions de kilomètres de la Terre, que l’on peut remercier. Dimanche 4 et lundi 5 juillet, ce satellite a vu la Lune se placer entre lui et la Terre, pour la deuxième fois de son histoire, explique Adam Szabo, qui travaille sur ce projet de la Nasa. La dernière fois, c’était en 2015, déjà au moins de juillet, et le photobombing était encore plus beau:

Champ de gravité

Comme l’explique TechCrunch, DSCOVR se trouve à un point très particulier, le point 1 de Lagrange (ou L1) entre la Terre et le Soleil: «L1 est un endroit entre la Terre et le Soleil où le champ de gravité terrestre est égal et opposé à celui exercé par le Soleil.» Résultat: le satellite accompagne simultanément le mouvement de la Terre et du Soleil. Et en plus cette distance lui permet de rester entre notre bonne vieille Terre et l’étoile de «façon à toujours voir notre planète sous sa face illuminée», explique Phil Plait sur Slate.com.

Si vous avez du mal à reconnaître la Lune, c’est normal, explique l’astronome américain, elles sont de l’autre côté, puisque la Lune présente toujours le même visage à notre planète:

«Quand la Lune passe entre le satellite et la Terre, il voit ce que nous appellerions l’autre côté de la Lune. Et puisque le Soleil se trouve derrière DSCOVR, la Lune et la Terre sont toutes deux pleines. Ou presque, on peut voir un bout non illuminé de la Lune et de la Terre sur la droite.»

En plus de saisir ce genres d’images assez extraordinaires, poursuit Phil Plait, «une grande partie de la mission de DSCOVR est de sensibiliser le public à notre planète et de montrer à quel point il est important de l’observer depuis l’espace»:

«Alors oui, c’est cool quand la Lune photobombe la Terre, mais il y a tellement plus dans ces images. Je vous suggère de les explorer par vous-mêmes, et de jeter un œil à notre planète... et voir que c’est vraiment une planète, une parmi tant d’autres, mais la plus importante pour nous. Pour au moins encore un petit moment, c’est la seule sur laquelle nous pouvons vivre.»

Newsletters

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Qualifier celles et ceux qui nient le changement climatique de sceptiques est non seulement un non-sens, mais également une défaite dans la bataille des mots et des idées.

Une étude donne son feu vert pour utiliser l'urine comme engrais

Une étude donne son feu vert pour utiliser l'urine comme engrais

Des scientifiques de l'Université du Michigan estiment que ce liquide ne favorise pas l'émergence de micro-organismes résistants aux antibiotiques dans les plantations.

Est-il éthique de créer des animaux chimériques pour faire progresser la médecine?

Est-il éthique de créer des animaux chimériques pour faire progresser la médecine?

La naissance de porcelets contenant des cellules de singe relance les débats sur la bioéthique.

Newsletters