Partager cet article

Le vrai classement des capitales européennes les plus cool

Une vue panoramique du pont Charles à Pragues. | Moyan Brenn via Flickr CC License by

Une vue panoramique du pont Charles à Pragues. | Moyan Brenn via Flickr CC License by

Climat, vie nocturne, offre culturelle, ouverture d'esprit... Découvrez notre palmarès 2016 des capitales européennes auxquelles il ne faut pas échapper.

Vous pensiez encore que Lisbonne était la ville la plus cool d'Europe, comme en 2013, lorsque nous avions lancé notre premier classement? Grave erreur: cette année, rendez-vous à Prague. Dans notre nouveau palmarès, la capitale tchèque l'emporte grâce à sa bière pas chère, sa vie nocturne et culturelle animée et son ouverture d'esprit. Pour en arriver à ce résultat, nous avons classé, avec l'aide du studio de datavisualisation WeDoData, les vingt-huit capitales européennes à partir de huit critères les plus importants à nos yeux.

Le temps qu’il fait (températures, précipitations), le coût de la vie (parité du pouvoir d’achat, prix des locations sur Airbnb), la qualité de vie (sécurité, nuisances sonores, propreté), la vie nocturne (présence de restaurants, bars ou clubs, transports en commun ouverts la nuit ou encore le prix de la pinte de bière), la facilité de se déplacer (compagnies aériennes low-cost, vélos ou voitures en libre-service, prix d’un ticket de transport à la journée), l’offre culturelle de la ville (édition de guide touristique, présence de médias «prescripteurs»), lenvironnement (espaces verts, qualité de l’air), ou encore l'ouverture d’esprit (intégration des étrangers, présence d’étudiants Erasmus ou respect des droits des personnes LGBT).


Cette année, Prague (1re) se hisse donc en tête de notre palmarès. Une capitale portée par un savant équilibre entre une vie culturelle florissante, un coût de la vie attrayant (la bière, par exemple) et une offre riche en matière de transports. La capitale tchèque est suivie de près par Vienne (2e) et Berlin (3e), la première avantagée par ses nombreux parcs et espaces verts, son environnement et sa qualité de vie; l’autre par son offre culturelle foisonnante et les atouts de sa vie nocturne.

Notre classement retient également Madrid (4e) et Lisbonne (9e) dans son palmarès. Deux capitales avantagées par leur ouverture d’esprit, la présence de nombreux étudiants étrangers et un climat particulièrement agréable. Zagreb (6e), la capitale croate, réputée pour ses chaudes températures, son fort ensoleillement et sa culture de tolérance, se hisse également en bonne place, juste devant Budapest (8e) où le coût de la vie combiné à une vie nocturne animée constituent des atouts de taille. L'un de ses quartiers historiques a même gagné le surnom de «Mecque du cool», c'est dire.

Pour accéder directement à la méthodologie, cliquez ici.

Les surprises du classement

Bruxelles (21e) figure en assez mauvaise place, pénalisée par son climat –la pluie fait partie du patrimoine de la ville–, mais également par un service de transports en commun moins performant et un sentiment d’insécurité plus élevé que dans d’autres capitales européennes. Rome (26e) et Athènes (25e), malgré leur climat très enviable, souffrent de leur manque d’espaces verts et d’une qualité de vie moins avantageuse (propreté des rues, pollution de l’air, nuisances sonores, sécurité). Avez-vous déjà essayé de prendre un bus (ou un taxi) à Rome?

Autre surprise de ce classement, la bonne place de Luxembourg. Au-delà des idées reçues entretenues sur la capitale, la ville défend son rang grâce à des atouts environnementaux majeurs, un bon résultat en matière de qualité de vie mais aussi de bonnes opportunités pour sortir le soir (restaurants, bars, clubs, bus de nuit…). Les capitales baltes (Vilnius, Riga et Tallinn), quant à elles, pâtissent d’une faible proportion d’étudiants, d’une vie nocturne plus discrète, de prix élevés et, à en croire ses habitants, d’un sentiment d’ouverture et tolérance assez faible, notamment sur la question des droits des personnes LGBT. Sans compter que, depuis la France, le prix des billets d'avion vers ces destinations est souvent élevé.

La limite des données chiffrées

Évidemment, il reste malgré tout délicat de mesurer le cool et l'attractivité d’une ville uniquement à partir de données chiffrées. Si elles constituent un indicateur objectif et pertinent, ces dernières sont malgré tout difficilement capables de traduire l’ambiance d’une ville, sa convivialité ou ses particularités. Le magazine américain Salon l’expliquait dans un article publié en 2011:

«Les villes sont des expériences tout comme elles sont des lieux physiques. Ce ne sont pas juste des endroits dotés d’un certain nombre de coffee-shop, de magasins Apple, ou de consommateurs d’antidépresseurs. Ces données peuvent aller dans le même sens que le tempérament de la ville, mais ce qui a le plus d’importance aux yeux de ces habitants, ce sont justement les choses les plus insaisissables.»

Les critères utilisés pour notre classement sont néanmoins des indices fiables et très nourris: pour construire notre palmarès, nous nous sommes appuyés sur pas moins de vingt-neuf variables et des données chiffrées ou statistiques officielles. En attendant le classement de l'année prochaine, n'attendez plus et partez découvrir ces capitales européennes les plus cool tant qu'elles le sont encore.

MÉTHODOLOGIE

Les sources. Pour établir ce classement, nous avons collecté un large éventail de données chiffrées, notamment grâce au baromètre 2015 d’Eurostat qui permet d’avoir un avis très précis de la perception d’une ville par ses propres habitants. Nous avons également consulté les sites officiels des villes étudiées ou de leurs offices de tourisme, les sites officiels de Uber, de Airbnb ou TripAdvisor, ainsi que l’indice des droits LGBT publié par Rainbow Europe ou encore sur l’index collaboratif du prix de la pinte de bière de l'agrégateur PintPrice.

La pondération. Pour mettre en perspective nos résultats, nous avons attribué un coefficient à chaque indicateur sélectionné en fonction de nos critères éditoriaux. L’assemblage de ces différents coefficients délivrait un score pour chacune des catégories auxquelles nous avons également attribué un coefficient d’importance dans le classement de 1 (valeur la plus basse) à 5 (valeur la plus haute). Par exemple, le climat et l’offre culturelle ont été jugés plus importantes que la qualité de vie dans l'évaluation de l'attractivité et le cool d'une ville.

Retourner à l'article

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte