Tech & internetCulture

«Pokémon Go» nous livre déjà un tas de belles histoires (et d’horribles aussi)

Vincent Manilève, mis à jour le 12.07.2016 à 10 h 10

Le jeu vous envoie dans la rue et nous confronte à la magnifique et terrible réalité.

Image extraite d'une vidéo de promotion du jeu Pokémon Go

Image extraite d'une vidéo de promotion du jeu Pokémon Go

S’il n’est pas encore officiellement sorti en France, Pokémon Go fait beaucoup parler de lui à l’étranger et pour cause: il vous propose de sortir dehors pour attraper (virtuellement) des Pokémon grâce à une carte type Google Maps et au GPS installés sur votre smartphone.

Face au nombre croissant de joueurs se baladant téléphone à la main en pleine nature, internet regorge d’histoires autour des petites bêtes. Il y a quelques jours, nous vous parlions de joueurs envahissant un commissariat en Australie à la recherche d’un Sabelette, Certaines sont belles, d’autres tragiques, mais elles témoignent toutes de l’impact que pourrait avoir le jeu quand il débarquera en France. En voici une petite sélection.

Un homme a vu sa maison se transformer en arène de combat

Dans le jeu, certains lieux sont indiqués comme étant des arènes, où les dresseurs peuvent se rendre pour en prendre possession lors de combats de Pokémon. Il s’agit essentiellement de lieux publics, comme les gares et les parcs, mais l’application n’est pas exempte de défaut. Ainsi, Boon Sheridan, propriétaire d’une ancienne église à Holyoke dans le Massachusetts, a réalisé que son logement fait partie de la liste des arènes. Les créateurs ont oublié de mettre à jour la carte et les données indiquent toujours sa maison comme un espace public. Sur Twitter, il explique:

«Vivre dans une vieille église signifie beaucoup de choses. Aujourd’hui cela veut dire que ma maison est une arène Pokémon. Cela va être fascinant. J’ai compté quinze personnes qui se sont arrêtées en s’attardant sur leur téléphone. Je pense qu’il y a eu trois visites de voitures également.»

«Je viens juste de réaliser que toutes les personnes et les voitures qui passent, qui s’attardent, puis qui repartent pourraient facilement laisser croire que cet endroit ressemble à la maison d’un dealer. J’ai officiellement arrêté de compter après que plus de trente personnes et autant de voitures sont venues s’arrêter ici.»

Si Boon Sheridan prend la situation avec humour, ce genre d’erreur pourrait poser de nombreux problèmes chez d’autres propriétaires. Pas sûr que tout le monde apprécie de voir des dresseurs déambuler par dizaines sur leur lopin de terre…

Certains joueurs estime que leur santé mentale s’améliore

On pourrait facilement dire que passer des heures les yeux rivés sur leur écran est néfaste pour la santé. Et c’est vrai. Mais comme le note Buzzfeed, plusieurs joueurs racontent sur les réseaux sociaux que le jeu leur permet de quitter leur morosité ambiante. En effet, Pokémon Go pousse les gens à se déplacer pour trouver des Pokémon ou conquérir des arènes. Une façon de jouer aux jeux vidéo qui n’est pas complètement nouvelle, mais dont l’ampleur est inédite.

«Pokémon Go va faire des merveilles pour ma santé mentale, en me donnant un but et une raison d’aller enfin dehors»

«J’ai des problèmes de motivation et d’énergie depuis que j’ai 9 ans et j’ai développé une grave dépression, explique à Buzzfeed une utilisatrice de Tumblr âgée de 18 ans qui n’osait pas quitter sa maison depuis près de trois ans. Après ça, quand j’ai eu 15 ans, j’ai développé un trouble de stress post-traumatique après une relation abusive qui m’a laissé complètement phobique vis-à-vis de mes relations sociales et j’ai commencé à avoir peur de quitter la maison pour voir des gens.»

Pokémon Go a changé cela selon elle. «J’étais capable de quitter la maison, de marcher pendant des heures et me rendre compte que j’aimais ça. J’avais l’afflux instantané de dopamine à chaque fois que j’attrapais un Pokémon, et je voulais que ça continue.»

Et d’autres que leur hygiène de vie a changé grâce à la marche

C’est un autre effet positif du jeu. En plus d’encourager les utilisateurs à sortie, elle les fait marcher sur de longues distances pour obtenir des trophées ou faire éclore des œufs. Sur le site imgur, un dresseur du nom de Doug Byrd a posté un témoignage où il explique que, malgré son surpoids (220 kilos environ), il a marché environ 10 km en une journée à peine.

«Je pourrais mentir et dire que je me suis fixé un énorme objectif que j’ai tenté d’atteindre; mais vraiment, je voulais juste attraper des Pokémon. Je pourrais aussi mentir et me dire que je me sens vraiment bien; non, tout ce que je ressens maintenant c’est de la douleur. […] J’ai hâte de savoir comment je me sens demain.»

Malheureusement, la Team Rocket existe aussi dans la vraie vie

Dans Pokémon Go, les joueurs peuvent trouver sur la carte des emplacements où se rassembler pour jouer. Et malheureusement, les «dresseurs» ne sont pas toujours très bien intentionnés. On a ainsi appris le 10 juillet que la police de O’Fallon dans le Missouri a été appelée pour arrêter quatre jeunes âgés de 16 à 18 ans. Ces derniers auraient utilisé les zones de rassemblement indiquées dans le jeu pour anticiper la venue de joueurs et les dépouiller de leurs biens.

«Vous pouvez ajouter une balise à un pokéstop (lieu d’intérêt du jeu) pour attirer plus de joueurs, a déclaré un porte-parole de la police dans un communiqué de presse. Apparemment, ils utilisent l’application pour localiser les gens qui sont autour au milieu du parking ou n’importe quel autre endroit où ils se trouvent.»

Licencié parce qu’il s’est plaint de ne pas avoir accès au jeu

Les serveurs de Niantic, la boîte qui a produit le jeu, sont souvent saturés face à la demande. C’est l’une des raisons pour lesquelles Pokémon Go met tant de temps à sortir dans des pays comme la France. C’est l’une des raisons de l’agacement de Sonny Truyen, un Australien expatrié à Singapour. Réalisant qu’il ne pouvait pas encore le télécharger à Singapour, alors qu’il est sorti dans son pays, il s’est emporté sur son compte Facebook, comme le relève le site de Mashable.

«Putain on peut pas attraper de Pokémon dans ce putain de pays de merde»

Les réactions ne se sont pas faits attendre. Les Singapouriens ont découvert où Truyen travaillait et posté des messages sur la page Facebook de l’entreprise pour demander sa démission. Peu après, son chef a annoncé avoir mis fin à son contrat, pourtant démarré une semaine plus tôt. À Mashable, Truyen explique qu’il aimerait que «la chasse aux sorcières prenne fin» et a demandé aux Singapouriens de le laisser tranquille, parce que le «bombarder de menaces n’aide pas».

Elle cherche un Pokémon, elle trouve un cadavre

Son attention était louable. En décidant de se rendre à la rivière de Riverton dans le Wyoming, Shayla Wiggins espérait trouver des Pokémon eau. Mais plutôt qu’un Magicarpe, elle a trouvé un cadavre allongé sur le ventre. «Je ne savais pas quoi faire, a-t-elle expliqué au site locale KCWY13. J’avais vraiment peur, je me disais “Je devrais appeler le 911”. Je les ai appelés et ils m’ont dit de rester sur la route en attendant un officier.» On peut imaginer que ce genre de découverte pourrait devenir plus régulière dans le sens où de nombreuses personnes vont explorer des endroits jusque-là isolés. De son côté, la jeune femme semble déterminée à y retourner: «Oui, il se peut que j’y aille pour avoir un Pokémon eau, je vais essayer.»

Pour ne pas finir sur une note trop grave, voici une sélection de quelques tweets et statuts trouvés sur internet. Impossible de savoir si ces histoires-là sont véridiques, mais elles ont eu le mérite de nous faire sourire.

«Oh mon dieu! Le truc le plus adorable vient de se produire! J’étais assis en train de regarder Netflix quand j’ai entendu deux petits cogner à ma porte. Un garçon et une fille, environ 12 ans. Je leur ai demandé ce qu’il se passait et ils ont dit “Excusez-moi monsieur, mais il y a un Pikachu dans votre jardin et ma sœur et moi aimerions savoir si on pouvait y aller pour l’attraper.” J’ai regardé ces deux petits dresseurs Pokémon et je me suis reconnu dans le petit garçon. J’ai claqué la porte et j’ai couru dans le jardin. DEVINEZ QUI A UN PIKACHU LES GENS»

«J’ai juste attrapé mon premier Pokémon sur le front de Mossoul près de Teleskuf. Daech, venez m’affronter dans une bataille Pokémon. Le mortier c’est pour les faibles.»

«Un mec vient de demander à sa copine de retenir le train pendant qu'il attrapait un Pokémon, elle est montée et elle est partie sans lui.»

«Pokémon Go devient fou maintenant. Voici Central Park. C'est le quartier général de Pokémon Go.»

Vincent Manilève
Vincent Manilève (353 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte