Sports

L'équipe de France, victime de la malédiction du Stade rennais?

Temps de lecture : 2 min

Le bus à impériale aux couleurs de la France, repéré quelques heures avant la finale de l'Euro, était le même que celui décoré (en vain) pour le Stade rennais lors des finales perdues de la Coupe de la Ligue 2013 et de la Coupe de France 2014.

Le bus à impériale décoré en prévision d'une victoire de la France à l'Euro | Hugo Legrand via Twitter
Le bus à impériale décoré en prévision d'une victoire de la France à l'Euro | Hugo Legrand via Twitter

Pour les Bleus, l’aventure est terminée. Pour les Portugais, qui célèbrent le premier grand titre de leur histoire, la fête ne fait que commencer. Avant le coup d’envoi, pourtant, ce 10 juillet, la victoire semblait être à portée de main de l’équipe de France, portée par les performances remarquables de ses joueurs lors des précédentes rencontres. Même si le match était encore à jouer, en coulisses, les préparatifs pour une éventuelle victoire allaient bon train.

C’est ainsi qu’un bus à impériale –dont le toit est ouvert et sur lequel les joueurs peuvent grimper pour ensuite saluer le public– aux couleurs des Bleus et décoré de messages comme «Champions d’Europe 2016» ou «Merci» a été aperçu par un internaute en Bretagne quelques heures avant le début du match.

Son tweet, qui a largement circulé sur les réseaux sociaux, en a intrigué plus d’un. Aperçu en Bretagne, près de Rennes, peut-on imaginer que ce bus à impériale soit le même que celui qui a été décoré (en avance) aux couleurs du Stade rennais lors de la finale de la Coupe de la Ligue perdue en 2013 contre l’AS Saint-Étienne (1-0) et pendant celle de la Coupe de France, elle aussi malheureuse (2-0), en 2014 contre l’En Avant de Guingamp?

Pour en avoir le cœur net, le Huffington Post a tenté de retrouver la trace de ce bus. Résultat? Ce dernier provenait des entrepôts de Podiocom, une entreprise installée à Janzé (Ille-et-Vilaine) et spécialisée dans la location et personnalisation de bus à impériale. Sur Twitter, plusieurs internautes ont également mené l’enquête, allant jusqu’à comparer les plaques d’immatriculation du véhicule.

Après avoir contacté l’entreprise, le Huffington Post et Ouest-France sont désormais en mesure de confirmer qu’il s’agit bien du même bus. Le même que celui qui a (peut-être) aussi porté malchance au Stade rennais à ces deux occasions éloignant encore un peu plus le dernier titre remporté par le club –qui remonte quand même à 1971. «Quoi qu’il en soit, ce pauvre véhicule a (encore une fois) été décoré pour rien», écrit le Huffington Post.

Slate.fr

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Alors que le club occitan joue son maintien en Ligue 1, un dernier carré de supporters tente de résister aux résultats décevants.

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les soirs de victoire, l’Olympique de Marseille, qui dispute ce mercredi 16 mai la finale de la Ligue Europa, met le feu à toute une ville. Mais pour les journalistes, souvent fans de l'équipe phocéenne, certaines limites professionnelles s'imposent.

Newsletters