Monde

Le tueur des policiers de Dallas soutenait des groupes séparatistes noirs violents

Temps de lecture : 2 min

Sur Facebook, Micah Johnson était fan de groupes extrémistes comme le New Black Panther Party.

Laura Buckman / AFP
Laura Buckman / AFP

Micah Johnson, le suspect dans le meurtre de cinq policiers à Dallas le 7 juillet, était un réserviste de l'armée de terre américaine qui avait effectué un déploiement en Afghanistan en 2013. Il a été tué par un robot de la police après un long échange de tirs pendant lequel il a déclaré qu'il voulait tuer des policiers blancs pour venger les noirs tués par les forces de l'ordre. Dans son appartement, les autorités ont retrouvé du matériel pour faire des explosifs, des gilets pare-balles, des fusils et des munitions.

Selon plusieurs médias américains qui ont examiné son compte Facebook (qui a depuis été désactivé), sa rhétorique violente et raciste était inspirée par des groupes séparatistes noirs qu'il suivait sur les réseaux sociaux. Sur sa photo de profil Facebook, Johnson a le poing levé, symbole du Black Power, et porte des vêtements africains.

Comme le souligne le Daily Beast, Johnson était un des cent soixante-dix followers de l'African-American Defense League (ou ligue de défense des Afro-Américains), un groupuscule dirigé par Mauricelm-Lei Millere, un psychothérapeute qui a commencé à appeler à la violence contre les blancs et les policiers après la mort de Michael Brown à Ferguson en 2014.

Juste après le meurtre des policiers à Dallas, Millere a posté une photo sur Instagram avec la légende:

«Nous n'avons pas d'alternative! Nous devons tuer des officiers de police blancs à travers le pays!»

Cet extrémiste était un ancien conseiller du New Black Panther Party, un autre groupe que Johnson suivait sur Facebook. Selon la chaîne de télévision locale KPRC, le tueur de Dallas avait été membre du New Black Panther Party pendant quelques mois à Houston. Ce groupe, qui n'a rien à voir avec le Black Panther Party fondé dans les années 1960, est ouvertement raciste et antisémite, et les anciens militants du Black Panther Party rejettent l'utilisation de leur nom par ce nouveau parti. Leur président actuel a plusieurs fois appelé au meurtre des blancs.

Micah Johnson était aussi fan de la page Facebook d'Elijah Muhammad, le fondateur de Nation of Islam, un autre groupe séparatiste violemment raciste et antisémite, ainsi que du Huey Newton Gun Club, un groupe de militants afro-américains qui apprend des techniques de self defense à ses membres et organise des patrouilles armées dans les quartiers où des policiers ont tué des noirs. 123 personnes noires ont été abattues en 2016, aux Etats-Unis, selon un décompte duWashington Post.

Slate.fr

Newsletters

Un Néo-Zélandais amène un clown à son entretien de licenciement

Un Néo-Zélandais amène un clown à son entretien de licenciement

Un publicitaire a embauché un clown professionnel pour égayer son licenciement.

Le Sharpiegate, le jeu des sept erreurs à la Maison-Blanche

Le Sharpiegate, le jeu des sept erreurs à la Maison-Blanche

Trump ne se trompe jamais (vos paupières sont lourdes).

À Sidi Bouzid, le rêve démocratique s'est brisé

À Sidi Bouzid, le rêve démocratique s'est brisé

Neuf ans après la chute de Ben Ali, la Tunisie vote le 15 septembre pour sa deuxième élection présidentielle libre. Mais dans le berceau du printemps arabe, on ne croit plus vraiment à la politique.

Newsletters