Monde

La police de Dallas, dont cinq agents ont été tués, était un modèle de réforme réussie

Temps de lecture : 2 min

De nouvelles formations et une culture de transparence avaient permis de réduire les violences policières.

Le chef de la police de Dallas, David Brown, prie pendant la veillée à Dallas le 8 juillet 2016, Laura Buckman / AFP
Le chef de la police de Dallas, David Brown, prie pendant la veillée à Dallas le 8 juillet 2016, Laura Buckman / AFP

Avant d'être tué par un robot de la police, Micah Johnson, le suspect dans l'assassinat de cinq policiers pendant une manifestation contre les violences policières à Dallas le 7 juillet, a déclaré qu'il voulait tuer des policiers blancs et qu'il était énervé par les décès de deux hommes noirs tués cette semaine par la police en Louisiane et dans le Minnesota.

Ironiquement, la police de Dallas était plutôt un modèle aux Etats-Unis, dirigée depuis 2010 par un chef afro-américain qui avait fait de nombreux efforts pour améliorer les rapports de la police avec la population et diminuer l'utilisation de la force, rapporte Slate.com.

«La police de la ville avait été formée au désamorçage de la violence bien avant les autres polices du pays, a déclaré le maire de Dallas, Mike Rawlings, dans une conférence de presse suite au meurtre des agents. Nous avons une des meilleures polices de proximité du pays et cette année, nous avons eu le moins d'instances de policiers tirant sur des civils par rapport à n'importe quelle autre grande ville américaine.»

Les réformes avaient été mises en place suite au décès en 2012 d'un homme noir non armé tué par un policier après une course-poursuite. L'incident avait déclenché de nombreuses manifestations, et le chef de la police, David Brown, a réagi en changeant la formation des policiers.

Depuis 2014, les policiers de la ville suivent de longues formations sur l'utilisation de la force, et apprennent des techniques de désamorçage des conflits. Les formateurs encouragent notamment les policiers à «ralentir les choses» quand ils interragissent avec des suspects, ainsi qu'à parler calmement. Ils sont aussi encouragés à ne pas poursuivre les suspects à pied s'ils sont seuls, dans la mesure où ces situations finissent souvent mal, et le chef de la police n'a pas hésité à licencier des policiers ayant fait un usage abusif de la force.

L'administration de la police a aussi fait de nombreux efforts en matière de transparence et de communication. La police de Dallas a un site internet qui recense toutes les fois où les policiers tuent ou blessent des civils, et toutes les rencontres durant lesquelles un agent sort une arme, utilise un bâton ou restreint physiquement un suspect. De nombreux policiers de la ville sont équipés de caméras vidéo qui filment leurs interventions.

Cette culture d'appaisement et de transparence a permis de réduire le nombre de plaintes pour force excessive faites à l'encontre de la police, avec une baisse de 64% entre 2009 et 2014, rappelle Buzzfeed. Dans le même temps, les nombres de meurtres et de civils tués par la police ont aussi chuté.

La police de Dallas s'est aussi distinguée par la façon dont elle répond aux manifestations. Un officier de la ville avait expliqué au Washington Post que selon lui, la meilleure réponse policière dans ces situations est une présence policière limitée: «Les gens doivent pouvoir exercer leurs droits constitutionnels sans interférence.»

Newsletters

La cour suprême de New York rouvre l'affaire Eric Garner

La cour suprême de New York rouvre l'affaire Eric Garner

Garner est mort en 2014, étouffé lors d'une intervention policière.

Un rat héroïque reçoit une médaille d'or

Un rat héroïque reçoit une médaille d'or

Le rat géant Magawa aurait permis de détecter près de quarante mines.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 septembre

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 septembre

Arrivée du Tour de France, baleines échouées en Australie et accélération de l'épidémie de Covid-19… La semaine du 19 au 25 septembre 2020 en images. 

Newsletters