Science & santéDouble X

Va-t-on bientôt savoir pourquoi les règles sont parfois trop abondantes?

Repéré par Peggy Sastre, mis à jour le 07.07.2016 à 18 h 09

Repéré sur European Society of Human Reproduction and Embryology, New Scientist

Pour certaines femmes, des saignements excessifs semblent liés à l’altération d'une protéine, l’HIF-1, dont l’action est normalement régulée par l’absence d’oxygène dans les tissus.

Certaines femmes pourraient avoir des règles trop abondantes parce qu’une protéine vient à manquer dans leur utérus | PROistolethetv via Flickr CC License by

Certaines femmes pourraient avoir des règles trop abondantes parce qu’une protéine vient à manquer dans leur utérus | PROistolethetv via Flickr CC License by

Des saignements excessifs pendant les règles –dépassant les 80 millilitres– est un phénomène pouvant être atrocement pénible, voire handicapant pour les femmes concernées. Des femmes qu’on estime représenter à peu près un tiers de la population féminine réglée. On sait que des causes anatomiques et/ou physiologiques –des fibromes utérins, l’endométriose, notamment– peuvent expliquer ces règles trop abondantes, qui constituent aujourd’hui l’un des premiers motifs de consultation d’un gynécologue. Sauf que ce diagnostic ne peut être posé que sur la moitié des cas de règles trop abondantes –pour l’autre moitié, le mystère demeurait globalement entier.

Une situation qui pourrait bientôt changer grâce aux recherches actuellement menées par Jackie Maybin, de l’Université d’Édimbourg. Leurs premières conclusions ont été présentées le 4 juillet au Congrès annuel de la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (ESHRE), organisé cette année à Helsinki, en Finlande.

Selon la chercheuse, certaines femmes pourraient avoir des règles trop abondantes parce qu’une protéine, l’HIF-1α, vient à manquer dans leur utérus. Quand il n’y a plus assez d’oxygène, comme ce qui arrive dans l’utérus pendant les règles, c’est notamment à cette protéine qu’il incombe de réparer les dommages au niveau moléculaire.

Sauf que cette réparation semble altérée dans l’utérus des femmes souffrant de règles trop abondantes, comme l’observent Jackie Maybin et ses collègues: durant la menstruation, leurs cellules produisent significativement moins d’HIF-1α que celles des femmes saignant normalement. Un déficit en HIF-1α associé non seulement à l’abondance des règles mais aussi à leur durée –deux jours supplémentaires en moyenne.

Réparation cellulaire

Dans une autre étape de leurs recherches, Jackie Maybin et ses collègues ont induit artificiellement des règles chez deux groupes de souris –des animaux qui «naturellement» n’en ont pas– par l’injection d’un cocktail d’œstrogènes et de progestérone, histoire d’imiter les processus hormonaux à l’œuvre chez les femelles humaines. Le premier groupe était constitué de souris de laboratoire normales. Le second de rongeurs génétiquement modifiés pour ne pas secréter l’équivalent murin de l’HIF-1α.

Chez les souris normales, les cellules de leur utérus allaient montrer des signes de réparation seize heures après les premiers saignements. Chez les souris sans HIF-1, même vingt-quatre heures après, aucune réparation cellulaire n’était à dénoter et les souris continuaient de saigner.

En attendant leurs ultimes conclusions –qui devraient survenir d’ici deux ans–, les travaux de Maybin et al. démontrent d’ores et déjà que l’hypoxie et ses marqueurs sont bien présents dans l’endomètre humain et murin durant les règles.

«La prévention de cet épisode hypoxique [soit de l’inadéquation entre les besoins tissulaires en oxygène et les apports], note Maybin, ou de la stabilisation ultérieure de l’HIF-1α retarde significativement la réparation de l’endomètre. La correction de cette anomalie pourrait permettre de concevoir de nouveaux traitements médicaux efficaces pour les femmes aux saignements menstruels trop abondants.» À l’heure actuelle, les seuls traitements disponibles sont la prise d’une pilule en continu, notamment progestative, ou la pose d’un DIU hormonal.   

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte