Monde

Trump se sert de «La Reine des neiges» pour dire qu’il n’est pas antisémite

Repéré par Camille Malnory, mis à jour le 07.07.2016 à 12 h 40

Repéré sur Slate.com

Quand tout est perdu, il reste toujours la mauvaise foi pour se défendre.

Le tweet supprimé par Donald Trump et celui que le candidat a utilisé pour se justifier et dire qu’il ne s’agissait pas d’une étoile de David | Montage Slate.fr

Le tweet supprimé par Donald Trump et celui que le candidat a utilisé pour se justifier et dire qu’il ne s’agissait pas d’une étoile de David | Montage Slate.fr

Donald Trump n’a visiblement pas choisi de faire profil bas à la suite de son tweet polémique représentant Hillary Clinton entourée de billets de banque et estampillée d’une étoile à six branches où était inscrite la mention «candidate la plus corrompue de tous les temps». Qualifié par beauoup d’antisémite, le tweet a finalement été supprimé par l’équipe de Trump et remplacé par un autre, semblable en tous points à part que la fameuse étoile est devenue un disque. Comme le repère Slate.com, le candidat républicain à la présidentielle récidive en publiant une photo d’un livre de coloriage La Reine des neiges frappé lui aussi d’une étoile à six branches, qu’il a accompagnée d’un commentaire d’une mauvaise foi assez édifiante: Trump semble outré que personne ne parle dans ce cas de symbolique juive.

«Où sont les blâmes pour ce livre Disney ? Est-ce aussi une “étoile de David”? Médias malhonnêtes !»

Slate.com s’amuse de cette tentative désespérée du candidat et s’interroge du parallèle qu’il tente d’établir: doit-on considérer que cette couverture d’un livre de coloriage est elle aussi antisémite ou que son premier tweet est aussi innocent que ce banal jeu pour enfants? Le journal tranche: dans tous les cas, la mention «cinquante autocollants» est quand même beaucoup moins violente qu’une accusation de corruption.

Étoile de shérif

Pour rappel, Donald Trump a déjà tenté d’apporter une justification à son tweet, expliquant que son message ne mettait pas du tout en évidence une étoile de David mais une étoile de shérif. Explication pas franchement acceptée par le camp démocrate, qui a vertement condamné son geste. Pourtant, égal à lui-même, Trump ne s’est pas démonté et a accusé les médias de malhonnêteté —accusation que l’on retrouve une nouvelle fois dans le tweet plus haut.

Cette polémique est la dernière d’une très longue lignée, entamée dès le début de la campagne pour la primaire républicaine et qui n’a cessé de susciter les critiques. Dernièrement, des journalistes ont découvert que plusieurs tweets du compte officiel du candidat provenaient de comptes suprémacistes blancs. Pour toute défense, le candidat explique ne pas pouvoir vérifier toutes ses sources.

Appelé à réagir à ce sujet par le New York Observer, son gendre Jared Kushner, qui est juif, a défendu de façon peu convaincante beau-papa en déclarant que ce dernier n’avait rien à voir avec ce type de groupuscules, qu’il ne «ressemblait en rien à Hitler» et n’était finalement pas le pire individu au monde. Avant d’ajouter que «les États-Unis faisaient face à de nombreux problèmes» et que, «avec les objectifs que Donald Trump a déjà réussi à atteindre, il est le mieux placé pour les régler».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte