Tech & internet / Culture

Les Australiens s’incrustent dans les commissariats: la faute à Pokémon Go

Temps de lecture : 2 min

Le jeu, qui nécessite de se déplacer dans la vraie vie, a créé des situations extrêmement cocasses, voire légèrement effrayantes.

Image de promotion du jeu Pokemon Go.
Image de promotion du jeu Pokemon Go.

C’est un jeu qui devrait faire beaucoup de bruit dans les jours qui viennent en France, quand sa sortie sera officielle. Pokémon Go, disponible sur smartphone, a un principe très simple: il vous faut quitter votre chambre pour aller capturer des Pokémons dans la vraie vie grâce à votre GPS et au principe de réalité augmentée. Par exemple, imaginez que vous vous dirigez vers le métro. Tout d’un coup, dans la rue, votre téléphone vous signale la présence d’un Roucool près de la boulangerie. Le voilà qu’il apparaît en 3D sur votre application, comme s’il était vraiment posé sur un rebord de fenêtre. Avec une pokéball, vous pouvez le capturer, le faire évoluer et aller combattre d’autres joueurs.

Pour l’instant, le jeu est disponible dans quelques pays seulement, dont l’Australie. Et, déjà, le concept inédit de Pokémon Go a créé des situations pour le moins cocasses. Étant donné qu’un Pokémon peut surgir à n’importe quel endroit à n’importe quel moment, les joueurs se rendent un peu partout pour les capturer. Ainsi, les services australiens de la Northern Territory Police, Fire and Emergency Services ont dû publier un étrange message sur leur page Facebook, repéré notamment par The Verge. La station de police de Darwin apparaît comme un «Pokéstop», un point d’intérêt pour les joueurs, sur la carte.

«Pour ceux qui utilisent Pokémon Go pour devenir dresseurs Pokémon, le commissariat de police de Darwin est peut-être un Pokéstop, mais sachez que vous n’avez pas besoin d’aller à l’intérieur pour récupérer des pokéballs. C’est aussi une bonne idée de lever les yeux et de regarder des deux côtés de la rue avant de la traverser. Ce Sabelette ne va pas s’échapper. Restez prudents et attrapez-les tous!»

Quotidien chamboulé

Ces moments pour le moins étranges se sont multipliés un peu partout dans le pays, comme l’explique Buzzfeed Australia. Cette jeune femme par exemple se demande si ses voisins la «prennent pour une tarée en train de prendre des photos de leur maison», alors qu’elle voulait simplement capturer un Mélofée.

Un autre internaute raconte qu’il a demandé la permission a son voisin d’aller sur son jardin pour capturer un Carapuce. Ce dernier a accepté avant de lui demander de partir face aux échecs répétés de ses lancers de pokéballs.

Pire, certains ont avoué au site avoir chamboulé leur quotidien pour aller capturer quelques Pokémons. «J’ai volontairement raté mon train pour marcher dans les jardins de Flagstaff et avoir des Pokémons, raconte par exemple un certain Richie Cartmell. J’ai alors marché pendant vingt-cinq minutes sous la pluie puisqu’il n’y avait pas de Pokémon près de chez moi.» Un autre joueur, habitant Brisbane, a également été très loin pour ce jeu: «J’ai roulé pour aller à l’arène Pokémon Go la plus proche, qui était près d’un bar. Je me suis garé dans le parking, je suis resté dans ma voiture, j’ai remporté la partie et je suis rentré chez moi. Je ne suis pas fier de moi.»

La France pourrait connaître une situation similaire lorsque le jeu sortira. On espère simplement que les gens n’iront pas en plein milieu de la Seine pour capturer un pauvre Magicarpe.

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio