Sports

Pour un joueur islandais, les clubs anglais devraient donner leur chance… aux Islandais

Temps de lecture : 2 min

Même le sélectionneur islandais est du même avis.

Sightorsson et Sigurdsson après la qualification contre l'Angleterre, en huitièmes de finale de l'Euro 2016. BERTRAND LANGLOIS / AFP
Sightorsson et Sigurdsson après la qualification contre l'Angleterre, en huitièmes de finale de l'Euro 2016. BERTRAND LANGLOIS / AFP

C'était la belle histoire de cet Euro. L'Islande qui participait à son premier tournoi international a finalement été éliminé en quarts de finale par la France (5-2), après avoir fini devant le Portugal lors de la phase de poules, et sorti l'Angleterre en huitièmes de finale (2-1). Alors forcément, on commence à se dire qu'il serait intéressant de voir ce que ces joueurs peuvent donner sur une saison.

Sur les 23 islandais sélectionnés par Heimir Hallgrimsson et Lars Lagerbäck, quatre (Gylfi Sigurdsson à Swansea, dans le championnat anglais, Emil Hallfredsson à l'Udinese, en Italie, Kolbeinn Sigtorsson, à Nantes, et Alfred Finnbogason, à Augsburg, en Allemagne), évoluent en première division dans l'un des cinq principaux championnats. Les autres jouent principalement dans les championnats norvégien, suédois et danois. Pas vraiment le mieux en matière de visibilité. Le parcours islandais lors de cet Euro pourrait donc bien convaincre quelques clubs d'investir sur des joueurs nordiques.

Et parmi ceux qui ont un avis sur la question, on trouve Gylfi Sigurdsson, justement. Comme le raconte le site spécialisé anglais FourFourTwo, «Sigurdsson a suivi les traces d'Eidur Gudjohnsen, qui était le premier ambassadeur du football islandais en Angleterre, où ce dernier a passé six ans à Chelsea avant de jouer à Barcelone, Monaco, Tottenham, Stoke City et Fulham».

«Sigurdsson, milieu de Swansea, est lui aussi devenu un héros de son côté au Liberty Stadium qu'il a rejoint après être passé par Tottenham.»

Le site spécialisé remarque cependant que ces deux exemples n'ont pas vraiment été suivis. Et Sigurdsson aimerait bien changer cela:

«Tous les joueurs rêvent de jouer en Premier League. Je pense qu'il faut être au bon endroit au bon moment. Si quelqu'un veut tenter sa chance, je leur dirais de le faire. Ce sont de bons mecs, avec un bon tempérament et de bons joueurs.»

Il n'est visiblement pas le seul à penser ceci. Le Guardian indique que l'un des deux sélectionneurs islandais, Heimir Hallgrimsson, «a suggéré que la plupart des joueurs de l'équipe allaient être repérés par des équipes des meilleurs championnats européens».

On veut bien récupérer les supporters aussi, si c'est possible.

Newsletters

La F1 disparaîtra si elle ne passe pas au vert (c'est un champion du monde qui vous le dit)

La F1 disparaîtra si elle ne passe pas au vert (c'est un champion du monde qui vous le dit)

Pour Sebastian Vettel, il est plus que temps de transformer sa discipline.

«Nadia», le destin fantastique d'une réfugiée afghane devenue star du football féminin

«Nadia», le destin fantastique d'une réfugiée afghane devenue star du football féminin

Rencontre avec Anissa Bonnefont, réalisatrice du documentaire sur le parcours de la footballeuse internationale Nadia Nadim.

Bernard Tapie a replacé Marseille sur les cartes de France, d'Europe et du monde

Bernard Tapie a replacé Marseille sur les cartes de France, d'Europe et du monde

Déjà reconnu, il transcende son propre statut lorsque l'OM remporte la Coupe d'Europe en 1993, devenant ce qu'il a toujours été: un dieu marchant parmi les autres.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio