Science & santéBoire & manger

Pour faire manger plus de légumes à la cantine, il y a le marketing

Repéré par Lucie de la Héronnière, mis à jour le 06.07.2016 à 15 h 03

Repéré sur Food & Brand Lab, Pediatrics, CNN

Pour que les enfants choisissent plus de légumes au self, des chercheurs proposent d’utiliser des techniques classiques de la pub.

Vegetables | Nahid V via Flickr CC License by

Vegetables | Nahid V via Flickr CC License by

Pourquoi ne pas employer les méthodes marketing des fast-foods et des marques de sucreries pour promouvoir la consommation de légumes à la cantine? C’est le point de départ d’une étude de chercheurs de l’université de Cornell, publiée dans la revue Pediatrics.

Pour leurs expériences, menées pendants six semaines dans dix écoles élémentaires, les scientifiques ont exploré deux stratégies marketing pour encourager les élèves à choisir plus de verdure: des bannières colorées représentant des légumes personnifiés, avec des super-pouvoirs, décorant les structures des «bars à salades». Et des vidéos d’éducation nutritionnelle, animées par ces mêmes personnages, diffusées sur des écrans plats dans les cantines. Ils ont en l’occurrence testé l'influence dans les réfectoires de personnages à visée éducative existant déjà, les «Super Sprowtz», comme Erica l’aubergine, Brian le brocoli, ou Colby la carotte, dont les yeux lancent des rayons laser orange. 

Dans certaines écoles, les cantines ont seulement été équipées de bannières. Le taux de fréquentation des «bars à salades» est passé de 12,6 à 24%. Dans d’autres écoles, où des bannières et des diffusions de spots ont été mis en place, on est passé de 10,2% à 34,6% d’élèves passant par le «bar à salades». Par contre, les spots télévisés seuls ont eu très peu d’effets.

David Just, le coauteur de ces travaux, explique sur le site du Food & Brand Lab de Cornell:

«Le choix est extrêmememnt important parce que, tout comme les adultes, les enfants sont plus susceptibles de s’en tenir au leur s’ils sentent qu’ils l’ont fait librement. Par conséquent, les enfants poussés à choisir des légumes, en utilisant des campagnes de marketing fun, sont plus susceptibles de manger ces légumes que ceux qui ont été obligés de les prendre.»

Pour Drew Hanks, un autre auteur de l’étude, «le marketing des légumes dans les écoles est une solution gagnant-gagnant, à bas coût». Les résultats de ces recherches soulignent, selon lui, «la force de persuasion» du marketing, qui «peut être exploité de façon positive en encourageant les enfants à faire des choix plus nutritifs».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte