Monde

Le Brexit, ou la politique de l'orgasme bidon

Temps de lecture : 2 min

L’éditorialiste irlandais Fintan O’Toole s’est fendu d’un billet assassin envers les leaders du mouvement pro-Brexit qui, une fois la bataille remportée, quittent le navire.

Nigel Farage I GEOFF CADDICK / AFP
Nigel Farage I GEOFF CADDICK / AFP

Depuis la victoire surprise des pro-Brexit le 24 juin dernier, la rupture est consommée au Royaume-Uni et personne n’a l’air de franchement assumer les conséquences du référendum. Dans le camps des pro-Brexit, la première surprise est venue de Boris Johnson, ex-maire de Londres et que tous voyaient à la tête du Parti conservateur après la démission de David Cameron, qui renonce finalement à porter la couronne. Voilà maintenant, Nigel Farage, leader du parti indépendantiste britannique (UKIP) et l’un des plus fervent défenseur du Brexit, qui quitte lui aussi le bateau le 4 juillet. La raison: «Mon objectif de sortir de l’UE est atteint (...), j’ai accompli ma mission.»

Dans l’Irish Times, l’éditorialiste Fintan O’Toole assassine Boris Johnson et le camps du Leave. Pour lui le Brexit, c’est Game of Thrones, «mais avec beaucoup de jeux et pas de trône». L’ancien maire de Londres est assimilé à une sorte d’équivalent de Donald Trump, le très médiatisé candidat américain à la présidentielle. Pour l’éditorialiste, l’un comme l’autre sont des vrais rois dans leur genre: ceux des menteurs politiques: «Ni Trump – avec ses idées de construction d’un mur sensé retenir tous les immigrés mexicains– ni les leaders pro-Brexit n’ont jamais cru un seul instant que leurs promesses allaient être réalisées.»

Pur fantasme

Nous voilà dans une nouvelle ère politique, explique-t-il, celle de l'orgasme bidon. Avant les éléments les plus réactionnaires avaient les mêmes obsessions que ceux d'aujourd'hui, mais ils y croyaient. Farage, Johnson ou Trump se contentent d'attiser la colère d'une partie de l'électorat pour ensuite quitter le navire une fois la bataille remportée ou faire tout autre chose. La désillusion de l'électorat risque ainsi d'être encore plus terrible.

Toutes les promesses concernant d'importantes aides versées au système de santé grâce aux économies réalisées en sortant de l'Union —un des principal slogan pro-Brexit—, le soutien aux producteurs et pêcheurs britanniques, la baisse de l’immigration… tout n’était qu’un coup de pub sans lendemain. Boris Johnson a voulu jouer avec le feu, avec des fantasmes populistes, mais aujourd'hui, ils sont devenus «le cauchemar de tous les autres».

Newsletters

En Angleterre, des toilettes non mixtes seront désormais obligatoires dans les lieux publics

En Angleterre, des toilettes non mixtes seront désormais obligatoires dans les lieux publics

De nombreuses femmes auraient notamment exprimé dans un rapport leurs inquiétudes concernant leur vie privée à utiliser des toilettes non séparées.

L'abrogation de la loi Roe v. Wade pourrait davantage pénaliser les femmes noires

L'abrogation de la loi Roe v. Wade pourrait davantage pénaliser les femmes noires

Selon des experts, elles seraient davantage susceptibles de faire l'objet d'enquêtes de la part des autorités.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 25 juin au 1er juillet 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 25 juin au 1er juillet 2022

Manifestations contre l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade qui autorisait l'avortement aux États-Unis, dérèglements climatiques, et début des départs en vacances... La semaine du 25 juin au 1er juillet en images.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio