Sports

Ces Chinois ont fait des milliers de kilomètres pour voir... le Portugal gagner l'Euro

Temps de lecture : 2 min

De passage en France pour soutenir leur équipe, ils ont coché sur leur calendrier la date du 10 juillet.

Nani face à la Pologne I BERTRAND LANGLOIS / AFP
Nani face à la Pologne I BERTRAND LANGLOIS / AFP


Les quelque 8.000 kilomètres et 17 heures d'avion qui séparent Paris de Pékin ne les ont pas effrayés. Quatre jeunes chinois sont venus spécialement en France pour suivre les performances à l'Euro 2016... du Portugal, raconte le site portugais Record. S'ils ont déjà vu deux quarts de finale, le match qu'ils attendent tous, c'est la demi entre la Selecçao et le pays de Galles.

(photo record.pt)

Alors qu'on pourrait s'attendre à un attrait en rapport avec la superstar lusitanienne Cristiano Ronaldo, c'est un autre joueur qui focalise toute la passion de ces supporters asiatiques en la personne de Nani, officiellement transféré à Valence ce 5 juillet 2016.

«Je suis le fan numéro 1 de Nani. Je le suivais déjà quand il jouait au Sporting Portugal avant d'aller à Manchester United. C'est un grand joueur qui a déjà marqué des buts importants sur cet Euro, estime Chen Shi le leader du groupe habituellement à fond derrière le club du Shanghai SIPG. Mais le but décisif il le garde pour la fin. Il va marquer un but en finale et le Portugal va battre la France 1-0 !»

Voir le Portugal champion d'Europe

Tous veulent que les hommes de Fernando Santos atteignent l'ultime marche. «Nous avons fait un long voyage mais nous voulons voir le Portugal champion d'Europe. En plus de Nani, il y a bien sûr Cristiano Ronaldo mais aussi Quaresma, Moutinho, Renato Sanches...quel joueur celui-là... La Chine est avec le Portugal sur cet Euro 2016», ajoute Liu Yile, autre membre du groupe.

Pour la rencontre de ce mercredi au Parc Olympique lyonnais, Chen Shi est confiant. «Le Portugal va gagner 2-0 ou 3-1 contre le pays de Galles. Ronaldo va briller car ensuite ce sera au tour de Nani, je n'ai aucun doute là-dessus», observe-t-il.

Le globetrotter sportif n'en est pas à son coup d'essai autour de la sélection portugaise :

«J'étais en Pologne pendant l'Euro 2012 et c'était triste de voir le Portugal perdre contre l'Espagne [en demi finale, ndlr]. Après ça, j'ai été aux Jeux olympiques de Londres.»

La Chine n'est pas le seul pays asiatique à soutenir le Portugal. Après la victoire des Lusitaniens sur la Pologne en quarts de finale, de nombreux habitants du Timor oriental, une ancienne colonie portugaise, ont défilé dans les rues en soutien de la Selecçao.

Newsletters

Le niveau de la Premier League va-t-il baisser à cause du Brexit?

Le niveau de la Premier League va-t-il baisser à cause du Brexit?

La sortie des Britanniques de l'UE continue de cafouiller et pourrait bien avoir des conséquences sur le championnat d'Angleterre. Problème de visas, baisse de la livre sterling, contrats... les enjeux sont considérables.

Les Colombiens ont-ils le vélo «dans le sang»?

Les Colombiens ont-ils le vélo «dans le sang»?

Les théories naturaliste et environnementaliste des performances sportives font long feu, à tort.

Sans le Covid-19, il n'y aurait pas eu tous ces records sur le Tour de France

Sans le Covid-19, il n'y aurait pas eu tous ces records sur le Tour de France

Certains des meilleurs grimpeurs de cette édition ont battu des records d'ascension qui avaient été établis par des coureurs dopés dans les années 2000.

Newsletters