Partager cet article

Comment Antoine Griezmann est devenu le petit ami de l’internet français

Antoine Griezmann, lors du match des Bleus contre l'Islande, le 3 juillet 2016. TOBIAS SCHWARZ / AFP / Montage Slate.fr

Antoine Griezmann, lors du match des Bleus contre l'Islande, le 3 juillet 2016. TOBIAS SCHWARZ / AFP / Montage Slate.fr

Le joueur vedette des Bleus réussit à alimenter les passions (et les fantasmes) sur internet.

À ce jour, c’est le meilleur buteur de l’Euro de football 2016. Ses quatre réalisations déterminantes –sa tête libératrice contre l’Albanie, son doublé face à l’Irlande et son lob contre l’Islande– feront parler pendant longtemps encore. L’attaquant Antoine Griezmann est avec Dimitri Payet le vrai héros des Bleus et de cette compétition. Surtout, le Madrilène d’adoption a réussi à relever un défi rare pour un footballeur, à savoir faire l’unanimité au sein du public français. La passion entre le joueur et ses fans est telle qu’il est devenu ce qu’on appelle «le petit ami d’internet».

En début d’année, nous vous expliquions ce concept très particulier où une partie d’internet, plus ou moins importante, décide de faire de telle ou telle vedette son chouchou, son amoureux. Par le passé, des acteurs comme Oscar Isaac, Idris Elba, Tom Hiddleston ou Benedict Cumberbatch ont passé le cap du premier rencard avec succès. Et voici comment l’attaquant des Bleus, âgé de 25 ans à peine, a rejoint ce club très fermé.

Il faut dire qu'avant même le début de la compétition, le joueur bénéficiait d'un fort capital sympathie. En mars dernier, un sondage de L’Équipe le classait deuxième footballeur préféré des Français derrière Hugo Lloris. Il était même devant le gardien des Bleus chez les amateurs de ballon rond, bien conscients qu’Antoine Griezmann a fait sa meilleure saison avec l’Atlético Madrid. Tous les publics voient donc en lui un joueur doué et sympathique.

Confirmer son image de «gendre idéal»

Les articles publiés juste avant l’Euro confirment cette bonne image. M, le magazine du Monde, le qualifie de «gendre idéal» en une et ne tarit pas d’éloges dans ses pages intérieures. «Il correspond aux attentes du moment du public français, qui en a marre des dérives du star-système. Il a l’image d’un joueur de talent, mais simple, content de jouer, qui sait se mettre au service du collectif, qui fait jouer les autres, qui n’attend pas que les autres jouent pour lui», explique au journal Vincent Chaudel, expert en marketing sportif.

Et effectivement, l’image lisse que véhicule Griezmann dénote avec le bling-bling de son camarade Karim Benzema, toujours empêtré dans une affaire de sextape. Son statut de père et de conjoint aimant sont également mis en avant dans l’article du Monde, et plus globalement dans la presse people depuis de nombreux mois.

Des filtres sur Snapchat, Des blagues sur Vines et des mèmes sur Twitter

Après avoir confirmé son statut de gendre/mari/père idéal, l’étape suivante pour devenir «le petit ami d'internet» consiste à prouver sa capacité à faire rire, loin de l’image de timide qui ressort des conférences de presse. Pour cela, sa communication passe par tous les réseaux sociaux ou presque.

À la différence d’un Patrice Evra qui poste beaucoup sur Instagram mais un seul message sur Twitter, «Grizou» est hyperactif. Ces dernières semaines, on a ainsi pu le voir publier des contenus quasi identiques sur Twitter et Instagram, récoltant à chaque fois des milliers de likes. Grâce à des filtres Snapchat ou de courtes vidéos Vines, il n’hésite pas à se tourner en dérision, même si ses blagues sont parfois un peu gênantes. Ce n'est pas un hasard, si c'est le Bleu le plus suivi sur Twitter.

 

Allez les bleus 

Une photo publiée par Antoine Griezmann (@antogriezmann) le

   

Le summum du second degré viendra au lendemain du match contre l’Islande. Sur le hashtag #FaisGlisserTonGrizi, de nombreux internautes ont détourné une photo du joueur où on le voit glisser sur le ventre en signe de célébration. Alors que le ton était gentiment moqueur, Griezmann décide de publier sur son compte certains de ces montages et d’en rire. On peut signaler au même titre l’engouement qu’a provoqué son geste de célébration après son but contre l’Irlande, directement inspiré par le rappeur Drake, lui aussi victime de mèmes. C’est une démarche efficace dans le sens où peu de joueurs de football se tournent en dérision et rigolent des moqueries qu’ils provoquent: Evra l’a fait il y a peu, et on essaye toujours de comprendre le cas Zlatan.

Excellent joueur, super mari, bon pote, on pourrait s’arrêter là. Mais internet n’en avait pas fini avec Griezmann et l’a promu au rang de «boyfriend» grâce à un critère déterminant: le fantasme.

«Antoine fit une gorge profonde avec sa banane»

Tout est parti d'une histoire de cul. Sur internet, parmi les milliers de messages débordants d'amour pour le joueur (notamment après chacun de ses buts), on en compte des centaines qui ne se contentent pas d'un simple emoji cœur. Sur le hashtag #lesfessesdegriezmann, de nombreux tweets mentionnent les fesses du joueurs, photos à l'appui, qui alimentent les fantasmes de nombreux fans. 

Les sites Buzzfeed France et Uproxx en ont même fait des articles. Mais ce n'est évidemment pas tout: d'autres internautes sont allés encore plus loin. Par exemple, la timeline «Griezmann baise moi» est bien remplie, parfois avec des messages très second degré.

Certaines personnes n'ont peur de rien et s'adressent directement au joueur quand il publie un message. 

Ces messages de fans, qui consistent à répondre des obscénités à des célébrités, correspondent à une mode assez étrange mais très typique d'internet de ce qu'on appelle les «Stan», qu'évoquait le podcast de Buzzfeed Internet explorer il y a quelques semaines.

Bien sûr, le statut d'«internet boyfriend» ne pouvait pas être complet sans une bonne dose de fanfictions, pratique à laquelle ont droit toutes les vedettes d'internet. Lors du match contre l'Islande, la journaliste du Figaro Lucie Ronfaut en a ainsi trouvé plusieurs sur le site Archives of Our Own, où le nom de Griezmann apparaît de nombreuses fois.

Dans «Une nouvelle vie», BlueGlitter raconte l'arrivée d'Antoine dans son club de Madrid. Après des débuts timides, l'histoire prend une nouvelle tournure quand Grizi trouve l'amour dans les bras de son coéquipier et colocataire Koke. Après plusieurs nuits passées à se chercher, les deux hommes décident de se provoquer dès le chapitre 12. Voici un extrait impliquant une banane:

«Antoine fit une gorge profonde avec sa banane jusqu'à ce que la plus grande partie disparaisse dans sa bouche, puis il changea la direction du mouvement et retira la banane de sa bouche avec un bruit de pop. Il lécha à nouveau ses lèvres, appréciant le goût sucré, puis mordit très délicatement le bout de la banane, il le mâcha, l'avala doucement et ouvrit lentement ses yeux pour voir Koke et sa bouche grande ouverte.» 

Sur Quotev, @yourmasterpiece imagine une relation entre le Français et le Brésilien Neymar. Même constat sur Wattpad, autre site très populaire pour les fanfictions, le nom du joueur apparaît dans 273 histoires –Benzema plafonne à 26, Giroud à 58, Zidane à 86–, et souvent pour parler d'amour évidemment. Dans «Jusqu'aux étoiles...», une certaine ManonGrizi raconte la passion entre la petite sœur d'Olivier Giroud, autre attaquant des Bleus, et Antoine Griezmann: 

«Je ne saurais dire combien de temps [ce baiser] a duré car pour moi les baisers avec Antoine me font oublier tout ce qui m’entoure. Il me fait oublier tout l’univers car c’est lui maintenant mon univers.»

Cette histoire compte 47 chapitres pour l'instant et plus de 104.000 vues. En soi, qu'une personnalité ait des fanfictions à son sujet n'est pas rare. Ce qui est nouveau ici, c'est qu'il s'agit d'un Français, et non plus de chanteurs américains ou d'acteurs britanniques, et qu'il nourrit des fantasmes au-delà de nos frontières.

Antoine Griezmann a donc passé le test du «petit ami d'internet» avec succès, et cette étrange relation, excellente pour son image, pourrait gagner en intensité si les Bleus remportent l'Euro de football. 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte