Sports

Ce British a intérêt à ce que le Pays de Galles n’aille pas en finale de l’Euro

Temps de lecture : 2 min

Favori pour arbitrer la finale de l’Euro, le très coté et allumé Mark Clattenburg pourrait se faire coiffer au poteau si le Pays de Galles venait à s’imposer en demi-finale face au Portugal.

Mark Clattenburg, lors de Suisse-Pologne le 25 juin 2016 | MARTIN BUREAU/AFP
Mark Clattenburg, lors de Suisse-Pologne le 25 juin 2016 | MARTIN BUREAU/AFP

Décidément, il ne fait pas bon être anglais sur les pelouses de l’Euro. Giflé par les Islandais en huitièmes de finale (puis humilié par procuration par la France en quarts), le pays avait encore l’opportunité de participer à la finale du championnat d’Europe, grâce à son arbitre Mark Clattenburg.

Désigné meilleur sifflet d’Angleterre et considéré comme l’un des tout meilleurs au monde, cet électricien de formation ne verra pas le Stade de France dimanche 10 juillet si le voisin gallois venait à s’imposer, mercredi 6 juillet, face aux Portugais. Le règlement de l’UEFA interdit de diriger une rencontre impliquant son propre pays ou un pays lié, en l’occurence ici, une nation appartenant au Royaume-Uni.

Réputé pour ses frasques sur et en dehors du terrain –à noter une étrange suspension en raison d’un concert d’Ed Sheeran ou une plaque de voiture personnalisée–, Marc Clattenburg a déjà arbitré en 2016 les finales de Coupe d’Angleterre et de la prestigieuse Ligue des Champions. Sa nationalité anglaise pourrait donc bien le priver d’un triplé magnifique.

Slate.fr

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Alors que le club occitan joue son maintien en Ligue 1, un dernier carré de supporters tente de résister aux résultats décevants.

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les soirs de victoire, l’Olympique de Marseille, qui dispute ce mercredi 16 mai la finale de la Ligue Europa, met le feu à toute une ville. Mais pour les journalistes, souvent fans de l'équipe phocéenne, certaines limites professionnelles s'imposent.

Newsletters