Monde

Pour troller une société de paris, il change six fois de cravate à l'antenne

Temps de lecture : 2 min

Le respecté journaliste Laurie Oakes a déclenché un véritable «tie gate» ce samedi en pleine soirée électorale australienne.

Capture écran de 9news/Twitter
Capture écran de 9news/Twitter

Tel est pris qui croyait prendre. Le site de paris en ligne Sportsbet a fait les frais du très malin journaliste politique australien Laurie Oakes, lequel était sous le jeu d’un pari sur la couleur de sa cravate. Qu’à cela ne tienne, il en a changé à six reprises, contrecarrant toute probabilité, rapporte Mashable.


Samedi 2 juillet au soir, Channel 9, grande chaîne d’info télévisée australienne diffuse en direct la soirée des élections législatives anticipées. Laurie Oakes, célèbre journaliste politique, créé alors la surprise en changeant six fois de cravates passant du rouge au noir via le vert et le doré. De quoi provoquer de nombreuses réactions sur Twitter et déclencher l’hystérie du site Sportsbet qui avait lancé un pari sur le fameux accessoire. Mis au courant de cette initiative, Oakes a décidé de porter toutes les couleurs proposées les unes après les autres.

Ce «tie gate» est très rapidement devenu un trending topic sur Twitter (et un jeu à boire si on en croit certains sur les réseaux sociaux). Pince-sans-rire, le journaliste a déclaré être «l'ami des parieurs». Grand bien lui soit fait, les 57 participants vont désormais se partager un peu plus de 2.000 euros.

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters