Sports

L'Allemagne, fallait pas l'inviter

Temps de lecture : 2 min

À la Coupe du monde comme à l'Euro, la sélection allemande a une fâcheuse tendance à faire pleurer le pays hôte.

Les joueurs allemands après leur victoire contre l'Italie, le 2 juillet 2016. VINCENZO PINTO / AFP
Les joueurs allemands après leur victoire contre l'Italie, le 2 juillet 2016. VINCENZO PINTO / AFP

Comme prévu, ce sera donc l'Allemagne. Après sa défaite 1-0 en quart de finale de la Coupe du monde 2014, la France va retrouver la sélection allemande, jeudi 7 juillet, en demi-finale de l'Euro à Marseille. Pas vraiment l'adversaire le plus simple à jouer, d'autant que l'Allemagne n'a pas une réputation de visiteur poli: dans l'histoire de la Coupe du monde et de l'Euro, la Nationalmannschaft s'est imposée dix fois sur douze quand elle a défié le pays organisateur, dont plusieurs fois de manière mémorable.

En 1958, la RFA affronte pour la première fois un pays hôte en phase finale d'une compétition internationale. Mais la Suède évite le piège (3-1) en demi-finale, avant de perdre contre le Brésil d'un certain Pelé (5-2) en finale, cinq jours plus tard. Quatre ans après, la RFA bat le Chili en poule (2-0), lors du dernier match, sans incidence pour les hôtes, qui sont qualifiés pour la suite du tournoi, où ils iront d'ailleurs plus loin que leurs tombeurs, vaincus dès les quarts de finale. Lors de l'édition suivante, la RFA s'incline, pour la deuxième et dernière fois, contre le pays hôte: dans un match resté mythique, les Allemands perdent contre les Anglais (2-4 a.p.) sur un but de Geoff Hurst qu'ils continuent de qualifier d'imaginaire aujourd'hui, et sur un autre à l'ultime seconde du même joueur qui n'était clairement pas valable, le terrain ayant commencé à être envahi.


Depuis, pas une fausse note n'a déréglé la partition allemande. En Coupe du monde, les Espagnols en ont fait les frais en 1982 lors de la deuxième phase de poules (2-1), cette défaite leur coûtant la qualification pour les demi-finales. Quatre ans plus tard, les Mexicains se sont inclinés à leur tour, aux tirs au but (0-0, 4-1 t.a.b.), en quarts de finale. En 2002, les Sud-Coréens tombent en demi-finale, à Séoul, sur un but de Ballack, mais cette défaite reste évidemment moins traumatisante que celle du Brésil, puni 7-1, en 2014, en demi-finales d'une Coupe du monde dont il était le favori.

Pas mieux lors des Euros

Et ne pensez pas que les Allemands montrent plus de pitié lors des compétitions continentales. Lors des différents Euros auxquels ils ont participé, ils ont affronté à cinq reprises le pays hôte. À chaque fois, cela s'est terminé sur une victoire allemande. En 1972, alors que l'Euro se joue encore à quatre, les Allemands sortent la Belgique en demi-finales (2-1). Quatre ans plus tard, ils battent la Yougoslavie à Belgrade (4-2 a.p.) alors qu'ils étaient encore menés 0-2 à la 64e... Même punition au même stade, pour la Suède, en 1992, face à une Allemagne fraîchement réunifiée (3-2) –les Danois vengeront leurs collègues scandinaves quelques jours après en finale. Quatre ans plus tard, l'Allemagne sort l'Angleterre en demi-finales de son Euro, aux tirs au but (1-1, 6-5 t.a.b.), avant de s'offrir un troisième titre européen face à la République Tchèque (2-1 a.p.).

La dernière victoire allemande contre un pays hôte remonte à 2008, quand la sélection de Joachim Löw a affronté l'Autriche en dernière journée de la phase de poule. Le co-pays organisateur peut alors encore se qualifier en cas de victoire (selon le résultat de la Pologne contre la Croatie dans l'autre match) mais l'Allemagne l'emporte 1-0 sur un but de Ballack, et l'Autriche finit éliminée de son Euro dès le premier tour.


À ces dix victoires en douze matchs, on pourrait en ajouter une onzième, la plus étonnante: lors de la Coupe du monde 1974, l'autre Allemagne, celle de l'Est, avait elle aussi fait tomber le pays organisateur, c'est à dire... l'Allemagne de l'Ouest, au Volkparstadion de Hambourg (1-0), lors du dernier match de poule.

Si cette tendance a beau sembler très défavorable pour Didier Deschamps et ses joueurs, ceux-ci pourront toujours se rassurer en se disant que les Bleus n'ont pas été battus lors d'un match de phase finale à domicile depuis 1960, soit dix-sept rencontres sans défaite. Reste désormais à savoir quelle série se terminera en premier.

Newsletters

Stimuler le cerveau permettrait de doper les performances sportives

Stimuler le cerveau permettrait de doper les performances sportives

C'est ce que promet le «neuropriming», une technique visant à améliorer la phase d'apprentissage et la récupération.

Des courses à pied virtuelles pour s'entraîner même sans marathon

Des courses à pied virtuelles pour s'entraîner même sans marathon

Les adeptes du running utilisent la technologie pour rester connecté·es et concourir malgré l'interdiction des grands rassemblements.

Des Redskins aux Indians, les équipes sportives américaines se débarrassent de leurs noms racistes

Des Redskins aux Indians, les équipes sportives américaines se débarrassent de leurs noms racistes

Controversé depuis longtemps pour son caractère raciste, le nom de l'équipe de football américain de la NFL devrait prochainement changer.

Newsletters