Sports

Pour célébrer leurs buts, les Bleus ont peaufiné leur style

Temps de lecture : 2 min

Avec le temps, les joueurs de l'équipe de France ont énormément fait évoluer leur manière de célébrer un but. De Just Fontaine à Paul Pogba, retour sur soixante ans d'explosion de joie sur les terrains.

Si l'on vous dit célébration de but, vous aurez certainement en tête le «dab» réalisé par Paul Pogba après son but contre l'Islande en quarts de finale de l'Euro 2016 ou du drôle de signe d'Antoine Griezmann lâché après son but contre l'Irlande.

Mais, si l'on regarde un peu en arrière, on remarque que les célébrations de but existent depuis très (vraiment très) longtemps dans le monde du football, et notamment chez les Bleus. En fouillant les archives des précédentes compétitions internationales, nous avons compilé les gestes les plus emblématiques exécutés par ces joueurs dans les secondes qui suivent leur but.

Jean-Pierre Papin, Michel Platini, Paul Pogba ou Dimitri Payet, les exemples sont nombreux et soulignent une évolution dans le temps des célébrations, de plus en plus individuelles, souvent plus spectaculaires que reconnaissantes envers le travail de ses partenaires de jeu.

Pour ne rater aucune de nos prochaines vidéos, rejoignez-nous et abonnez-vous sur nos chaînes YouTube ou Dailymotion.

Newsletters

Si la NBA a réussi à percer en France, c'est grâce aux réseaux sociaux

Si la NBA a réussi à percer en France, c'est grâce aux réseaux sociaux

Ce 24 janvier, un match officiel de la NBA se joue pour la première fois sur le sol français. Les efforts des fans, qui ont su faire vivre leur passion sur internet, sont enfin récompensés.

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

Loin des clichés sur les pom pom girls, cette série documentaire offre un portrait inédit de ces athlètes dévoué·es.

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

La marque doit composer avec une mauvaise pub, une alliance Renault-Nissan en berne et l'échec d'une fusion avec Fiat-Chrysler, alors que la F1 reprend en Australie le 15 mars prochain.

Newsletters