Boire & manger

Une entreprise submergée par le succès de ses bonbons au rosé

Temps de lecture : 2 min

Aux États-Unis, plus de 3.000 gourmands se massent sur la liste d'attente depuis la rupture de stock.

On connaissait la tendance de faire macérer des fraises Tagada, des Carambar, des Malabar ou des bonbons gélifiés dans de l'alcool pour égayer les soirées. Désormais, des entreprises se spécialisent dans les friandises alcoolisées et rencontrent un succès terrible comme le rapporte Allure.

Sugarfina, une marque de bonbons new-yorkaise, a lancé il y a quelques jours ses bonbons au rosé. La firme s'est associée au domaine Château d'Esclans, un vignoble de l'arrière-pays varois, pour produire ses friandises sous forme de petits oursons ou d'élégantes roses. Ce n'est pas la première fois qu'elle tente le mariage confiseries-alcool puisqu'elle a déjà associé le champagne et la bière à ses créations sucrées.


En bouche, ce sont des parfums de fruits rouges qui accompagnent le rosé haut de gamme produit par l'œnologue d'origine russe Sacha Lichine.

Les «Rosé All Day Bears» rencontrent un tel succès que deux heures après leur lancement, il est devenu impossible de commander un seul ourson alcoolisé. Une liste d'attente a été créée et compte déjà plus de 3.400 demandes sur la base du premier arrivé, premier servi pour un réapprovisionnement seulement prévu à la fin juillet. En attendant, les bonbonvores pourront toujours se consoler avec des Haribo et des Lutti... ou un verre de rosé Whispering Angel.

Newsletters

La consommation alimentaire mondiale pourrait augmenter de 80% d'ici à 2100

La consommation alimentaire mondiale pourrait augmenter de 80% d'ici à 2100

Les êtres humains sont plus nombreux, mais aussi plus gros.

Un emballage en spray pour conserver les fruits et légumes débarque en Europe

Un emballage en spray pour conserver les fruits et légumes débarque en Europe

Il pourrait devenir un nouvel acteur dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Cela fait 4.000 ans qu'on ne mange pas d'huîtres les mois sans «r»

Cela fait 4.000 ans qu'on ne mange pas d'huîtres les mois sans «r»

Une habitude autant hygiénique qu'écologique.

Newsletters