Culture

Ne tirez pas sur Harper Lee

Temps de lecture : 2 min

Harper Lee sera l’auteure d’un seul livre: «Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur», sorti à l’été 1960, remporte le prix Pulitzer l’année suivante et restera son œuvre culte, intemporelle. Pourtant, des voix clament que ce ne serait pas elle mais son ami d’enfance Truman Capote qui aurait écrit le roman.

Harper Lee le 13 mars 2006 à New York City | Paul Hawthorne/Getty Images North America/AFP
Harper Lee le 13 mars 2006 à New York City | Paul Hawthorne/Getty Images North America/AFP

Slate.fr vous propose tout l’été des histoires mystérieuses impliquant de grands écrivains. Pour ce quatrième volet: Harper Lee.

Harper Lee et Truman Capote se rencontrent à l’âge de 5 ans dans la bourgade de Monroeville, Alabama. Leurs parents sont voisins. Passionnés tous deux de romans policiers (notamment ceux de Sherlock Holmes), ils écrivent leurs histoires sur une machine à écrire offerte par le père de Lee. Lorsque Capote suit sa mère à New York, il retrouve Lee tous les étés à Monroeville. Malgré leur caractère opposé, leur amitié prend de l’ampleur. En décembre 1959, alors qu’elle vient de finir Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee rejoint Truman Capote à Holcomb, Kansas, pour enquêter sur un fait divers sordide qui ébranle toute la communauté du coin. Lee assiste Capote dans toutes ses interviews sur place, l’encourage et édite la dernière version du manuscrit. Le résultat final donnera De sang-froid, le chef-d’œuvre de Truman Capote. Il ne la mettra pas dans ses remerciements.

Un tel résumé de la relation entre Harper Lee et Truman Capote est inévitable lorsque l’on évoque la légende urbaine «Harper Lee a-t-elle écrit Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, ou bien s’agit-il de Truman Capote?». Si vous cherchez sur Google, vous trouverez des dizaines de pages sur le sujet, à l’instar de celles sur les accusations visant Courtney Love, à qui l’on reproche régulièrement de s’attribuer les mérites de son meilleur album (Live Through This) en lieu et place de Kurt Cobain. Comme si les relations affectives entre artistes de sexe opposé impliquaient que l’attribut féminin soit la sangsue. Lee est blessée par ses allégations. Sa sœur Alice, avec qui elle vit une partie de sa vie, dira au Chicago Tribune que Capote «n’était absolument pas impliqué [dans To Kill A Mockingbird]. C’est le plus grand mensonge jamais raconté».

Capote ne serait jamais devenu le nègre de Lee

La théorie est telle que des chercheurs de l’université de Cracovie, en Pologne, ont comparé pour le Wall Street Journal les textes des deux œuvres majeures de Lee et Capote. Après analyse des données, ils conclurent que Harper Lee était «on ne peut plus fidèle à elle-même» et que toute cette histoire était injuste et ridicule. Charles J. Shields, qui a écrit une biographie d’Harper Lee, atteste que le roman n’a pu être écrit que par elle: «Truman adorait les feux de la rampe, il avait un besoin viscéral d’attirer l’attention.» Autrement dit: Capote ne serait jamais devenu le nègre de Lee, aussi importante soit leur amitié.

La personnalité de Lee a peut-être aussi joué dans la propagation de la rumeur: loin des soirées mondaines et des conférences en public, l’écrivaine ne s’exprimait que peu dans la presse, appuyant l’adage «les absentes ont toujours tort» (Notons que J. D. Salinger, lui-même «auteur d’un seul livre» et reclus, n’eut jamais à souffrir de telles allégations.)

Lors de l’une de ses dernières interviews en 1964, Harper Lee fut interrogée sur son écrivain contemporain préféré: «Aujourd’hui, ce pays ne possède probablement pas meilleur écrivain que Truman Capote.» Le nombre de ventes de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur est estimé à 40 millions d’exemplaires.

Précédent volet: Les fiches Bristol très «spéciales» de Vladimir Nabokov
Prochain volet: Qui a tué Juliet Hulme?

Elise Costa Journaliste

Newsletters

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

Newsletters