Sports

Euro 2016: l'équipe d'Ukraine était visiblement accro aux médocs

Repéré par Annabelle Georgen, mis à jour le 30.06.2016 à 17 h 54

Repéré sur Correctiv, France Bleu

Un collectif de journalistes allemands a fait les poubelles de plusieurs des équipes de la compétition.

L'Ukrainien Viktor Kovalenko, le 21 juin I Valery HACHE / AFP

L'Ukrainien Viktor Kovalenko, le 21 juin I Valery HACHE / AFP

La méthode n'est pas glorieuse mais elle a permis au collectif allemand de journalisme d'investigation Correctiv de faire une découverte intéressante... en fouillant dans des poubelles. Le 22 juin 2016, au lendemain de la défaite de l'Ukraine face à la Pologne (0-1) au Stade-Vélodrome de Marseille, les journalistes de ce collectif indépendant se sont rendus aux abords de l'hôtel cinq étoiles où les joueurs de l'équipe ukrainienne avaient passé la nuit avant le match, comme le rapportait alors le site de France Bleu, passant en revue le contenu de deux bennes à ordures placées durant la nuit à l'extérieur de l'établissement:

«Nous trouvons des seringues usagées, des boîtes de médicaments et de petites ampoules remplies d'un liquide translucide. Sur les médicaments sont imprimées des inscriptions en cyrillique, en russe et en ukrainien. Un bracelet bleu de capitaine de l'UEFA, un maillot, une liste des chambres occupées par les joueurs ukrainiens et plusieurs bouteilles d'eau-de-vie vides font également leur apparition.»

Correctiv a ensuite montré ses trouvailles au Centre de recherche préventive sur le dopage, basé à Cologne, dont le porte-parole a indiqué qu'aucune des substances retrouvées dans les poubelles de l'hôtel ne faisaient partie de la liste des produits dopants. Il s'agissait en grande partie d'anti-inflammatoires, un antihistaminique (la diphénhydramine, qui peut également être utilisée pour soulager l'insomnie et le stress), des tablettes de charbon végétal, mais aussi deux sachets vides qui contenaient à l'origine une solution de glucose à perfuser.

Rien d'illégal, donc. Mais les spécialistes du sport et du dopage interviewés par le collectif mettent en garde contre les effets secondaires que peuvent provoquer ces médicaments. À l'instar de l'expert en dopage Perikles Simon, directeur du département de médecine du sport à l'université de Mayence, au sujet des anti-douleurs: «Le foie et les reins peuvent être endommagés à long terme. Ces médicaments peuvent causer des saignements soudains dans l'appareil digestif.»

Rien chez les Islandais

La solution de glucose qui aurait été administrée à au moins un des joueurs de l'équipe ukrainienne soulève également les doutes de Perikles Simon, qui précise qu'une perfusion de glucose ne doit être ordonnée «qu'en cas d'urgence», qu'elle ne peut être administrée qu'à «un diabétique qui souffre d'hypoglycémie ou à un coureur de marathon en état d'épuisement total». Le seul cas de figure qui pourrait s'appliquer à de jeunes footballeurs professionnels, selon lui, serait que le match ait lieu un jour de canicule. L'usage de cette solution permettrait alors d'augmenter le taux de sucre dans le sang, qui peut être perturbé lorsqu'il fait très chaud. Ce qui n'est pas le cas ces dernières semaines en France.

Contactée par Correctiv, la Fédération ukrainienne de football a refusé de commenter les découvertes du collectif. Notons néanmoins que la sélection a quitté piteusement la compétition après trois défaites et aucun but marqué.

Les journalistes allemands ont également fouillé les déchets laissés par les joueurs suisses à l'hôtel Juvignac, près de Montpellier et les joueurs islandais à l'hôtel Les Tresoms, à Annecy, mais sont rentrés bredouilles. Ils ne sont toutefois pas parvenus à accéder aux bennes à ordures de l'hôtel Courtyard Marriott, à Montpellier, où a séjourné l'équipe italienne, et desquelles même les éboueurs n'auraient pas été autorisés à s'approcher. Ni aux ordures de la Mannschaft, qui a séjourné cette semaines à l'hôtel Ermitage, à Évian, qui est protégé par une clôture.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte