Sports

Si l’Euro fait une audience de 99,8% en Islande, c’est qu’il n’y a rien à la télé

Temps de lecture : 2 min

99,8% des Islandais possédant un téléviseur ont regardé au moins une partie de l’exploit de leur équipe, qualifiée en quarts de finale pour sa première compétition internationale. Un score boosté par la pauvreté de la programmation islandaise.

 Reykjavik, la capitale islandaise | Bryan Pocius via Flickr CC License by
Reykjavik, la capitale islandaise | Bryan Pocius via Flickr CC License by

Le chiffre fait écarquiller les yeux mais ne vient pas seulement de la ferveur autour des Strákarnir okkar (le surnom de l’équipe islandaise). Lors de la qualification de l’Islande aux dépens de l’Angleterre pour les quarts de finale, 99,8% des Islandais possédant une télévision ont suivi, à un moment ou un autre, l’exploit de Sigthorsson et ses coéquipiers. Certes, c’était la première fois que l’Islande participait à une compétition internationale. Reste que le pourcentage d’audience est bien au-dessus du record français, qui se situe à 76,7% et plus de 22 millions de téléspectateurs, le 5 juillet 2006, lors de la rencontre entre la France et le Portugal au Mondial allemand.

Le score est d’autant plus impressionnant pour le petit pays nordique qu’il ne compte pas les personnes spectatrices dans une fan zone ou dans un bar. Ni les quelque 30.000 Islandais qui ont fait le déplacement en France pour soutenir leur équipe, soit près de 10% de la population du pays. Si la grande mobilisation nationale autour de la 34e nation au classement Fifa est indéniable, le succès du match contre l’Angleterre a aussi bénéficié d’une programmation peu reluisante.

Chiens et série comique islandaise

Au moment du match le 27 juin à 19 heures en Islande (21 heures en France), le moins que l’on puisse dire, c’est que le programme TV ne fait pas envie. La chaîne N4 a diffusé une émission sur la communication des chiens, un concept à mi-chemin entre «E=M6» et «30 Millions d’amis». Une thématique reprise par le canal Bíóstöðin, qui retransmettait le film Entre Chiens et Chats. De son côté, la chaîne INN a proposé une émission où était évoquée la place de la musique dans les films et les séries. La chaîne Krakkastöðin, l’équivalent de notre Gulli, a diffusé le dessin animé Opération Casse-noisette. Pas vraiment une référence Disney ou Pixar. La palme revient certainement à Stöð 3. La chaîne privée a opté pour les épisodes de «Fóstbræður», une série comique islandaise plutôt agressive pour les yeux.

Une bonne partie des autres chaînes ont fait le choix du ballon rond en prime time pour cette soirée spéciale. Stöð 2 Sport est le seul canal à choisir le très confidentiel championnat de première division de football féminin islandais. Les autres, qu’elles s’appellent Hringbraut, Sjónvarp Símans ou la chaîne publique RÚV choisissent toutes le choc, au premier abord déséquilibré, entre Islandais et Anglais.

Avec une programmation peu recommandable sur les autres chaînes et au moins trois canaux consacrés à la rencontre décisive de l’Islande, pas étonnant de retrouver seulement 0,2% de l’audience perdue loin des événements de l’Allianz Riviera de Nice. Un profil type fait de fans de chiens, de séries comiques kitsch ou de jeunes enfants. Pas grand monde en somme.

Bruno Cravo Journaliste

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Alors que le club occitan joue son maintien en Ligue 1, un dernier carré de supporters tente de résister aux résultats décevants.

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les soirs de victoire, l’Olympique de Marseille, qui dispute ce mercredi 16 mai la finale de la Ligue Europa, met le feu à toute une ville. Mais pour les journalistes, souvent fans de l'équipe phocéenne, certaines limites professionnelles s'imposent.

Newsletters