Monde

Pour les Britanniques pro-Remain, une solution: se faire adopter en Roumanie

Temps de lecture : 2 min

Une belle opportunité pour rester dans l’Union européenne.

Image extraite du site RomaniansAdoptRemainians.gandul.info
Image extraite du site RomaniansAdoptRemainians.gandul.info

Voici une offre qui concerne potentiellement 48% des électeurs britanniques, à savoir ceux qui ont voté pour que le Royaume-Uni reste dans l’Union européenne. Le Guardian explique sur son site qu’un journal roumain, Gandul, a lancé une campagne inattendue intitulée «Romanians for Remainians» («Les Roumains pour ceux qui veulent rester»). Son objectif est simple: proposer aux Britanniques déçus de «laisser derrière [eux] les partisans du Brexit, les disputes et le climat» et de «commencer une nouvelle vie» en Roumanie. Les Roumains, de leur côté, sont appelés à «aider les gens qui ont voté pour le Remain et qui partagent les valeurs européennes, méritant ainsi d’être [leurs] proches».

Sur la page dédiée à cette initiative, Gandul divise son site en deux parties: un côté pour les Roumains qui peuvent décider «d’adopter» un partisan du Remain et un autre pour les Britanniques qui veulent «être adoptés». Une fois connecté à son profil Facebook, le site va alors attribuer au Remainer une fausse carte d’identité avec un nouveau nom roumain (en ajoutant «escu» à la fin de son nom de famille), le nom de la personne qui l’a «adopté(e)» et le lieu où il pourra aller vivre.

Naturalisation

Le Guardian raconte que ce n’est pas la première fois que le journal roumain lance une campagne de ce type. «En 2014, alors que la peur de voir un afflux de Roumains et de Bulgares grimpait au Royaume-Uni après la levée des restrictions sur l’immigration, la publication a lancé le projet #WhyDontYouComeOver [#PourquoiVousNeViendriezPas], pour offrir des opportunités de jobs et de logements à côté de photos d’attractions touristiques.» Le but était de répondre aux craintes de certains Britanniques, qui pensaient que les immigrés roumains allaient leur voler leur emploi.

La démarche du journal roumain est bien évidemment irréaliste, mais de vraies solutions existent pour qui veut rester dans l’UE. Les insulaires pro-Remain pourront toujours retourner fouiller dans leur passeport ou leur arbre généalogique. Quartz proposait ainsi le 24 juin un petit guide pour qui aimerait changer de nationalité et rester dans l’Union. On apprend ainsi qu’il suffit d’avoir un parent français, italien ou irlandais pour prétendre à la naturalisation.

Autre possibilité, se marier avec une personne ayant la nationalité d’un pays membre (tout en sachant qu’il faut parfois plusieurs années de mariage pour obtenir la nationalité à son tour). Dernière solution, livrée par The Independent: la naturalisation par l’investissement. À Chypre, explique le site, vous pouvez obtenir la nationalité chypriote en réalisant un investissement de 5 millions de dollars minimum. Pas sûr que cette solution soit la plus sollicitée par les déçus du résultat du référendum.

Newsletters

Contrôle

Contrôle

Derrière la barre symbolique du million de morts du Covid-19, des images marquantes

Derrière la barre symbolique du million de morts du Covid-19, des images marquantes

Le 11 janvier 2020, le premier mort dû au Covid-19 a été recensé en Chine. Neuf mois plus tard, la pandémie ne semble pas faiblir et nous venons de franchir le seuil du million de morts du virus officiellement enregistrés. Retour en images...

Haine, misère et agressions... Après l'incendie du camp de Moria, l'humanité se meurt à Lesbos

Haine, misère et agressions... Après l'incendie du camp de Moria, l'humanité se meurt à Lesbos

Deux semaines après l'incendie du plus grand camp de réfugiés d'Europe, la Commission européenne a présenté un nouveau «Pacte pour la migration et l'asile». 

Newsletters