Tech & internet

Les trolls sont encore plus agressifs débarrassés de leur pseudonymat

Repéré par Emeline Amétis, mis à jour le 28.06.2016 à 13 h 52

Repéré sur Vocativ, Huffington Post

Les plus politisés sont prêts à tout pour défendre leur opinion. Surtout, ils sont persuadés de leur bon droit.

Internet Troll? / The People Speak! via FickCC License by

Internet Troll? / The People Speak! via FickCC License by

On les pense plus mauvais cachés derrière un écran, protégés par leur pseudonymat, mais selon une étude publiée dans la revue scientifique PLOS ONE et relayée par Vocativ, les trolls sont encore plus virulents quand ils sont identifiables.

«L’agression en ligne n’est pas seulement un comportement illégitime et irrationnel orchestré par des acteurs impulsifs et narcissiques, qui manquent d’empathie, d’aptitudes sociales et qui ont des problèmes d’équilibre émotionnel», écrivent les auteurs de l’étude.

Non, les trolls sont souvent très politisés, selon Vocativ, et certains sont fiers de voir leur noms associés à leurs opinions.

Après avoir analysé 532.197 commentaires écrits sur une petite plateforme allemande, les chercheurs ont établi que les commentaires anonymes avaient moins de chances de contenir un langage agressif.

Trolling «légitime»

Pour appuyer ses conclusions, l’étude se concentre sur la théorie des normes sociales, selon laquelle les sociétés parviennent à se maintenir grâce à un système de normes appliquées par les membres de ces sociétés. Mais les communautés internet composent leurs propres sociétés avec leurs propres normes, appliquées par des trolls qui pensent dire tout haut ce que n’importe quel membre rationnel de la société garde pour lui.

Et comme ces trolls pensent agir dans l’intérêt de leurs sociétés, ils se croient sans doute aussi légitimes que quelqu’un qui dénonce le racisme quand ils s’expriment sur leurs opinions ou contrent celles des autres en envoyant des menaces –de viol, souvent– à celles et ceux qu’ils surnomment les «social justice warriors», par exemple. Comme ce fut le cas pour Heather Smith, une sympathisante du mouvement Black Lives Matter, attaquée par un troll venu s’immiscer dans ses messages privés pour lui détailler d’une façon extrêmement violente et troublante la façon dont il s’imaginait la torturer avant de la tuer… Tout ça, sans anonymat. 

Capture d'écran publiée par le Huffington Post.

En fait, d’après les auteurs de l’étude, les trolls ont plus de chances d’être agressifs quand ils ne sont pas anonymes parce qu’ils veulent être reconnus pour leur contribution à ce qu’ils pensent être une norme décente et appropriée. La seule solution que proposent les auteurs de l'étude est la suivante: 

«La meilleur des choses à faire est de vérifier les connaissances d’un individu, et pas son identité. Comprendre le fonctionnement de ces lecteurs nous aide à créer du contenu plus pertinent en fournissant des sources de terrain, davantage d’interaction pour récolter une plus grande loyauté de la part du public visé.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte