Sciences / Santé / Monde

Voiture autonome: c'est aux humains de faire le choix cornélien de qui tuer

Temps de lecture : 2 min

Se sacrifier soi? Ses proches? Le moins de monde possible? Le consensus sur une question difficile va être difficile à trouver.

Schéma tiré de l'étude scientifique parue dans Science
Schéma tiré de l'étude scientifique parue dans Science

Vous êtes au volant de la voiture du futur, vous ne contrôlez plus rien de la conduite. Arrive une intersection, un enfant traverse par inadvertance, l'arrêt est impossible. Il faudra soit l'éviter et «sacrifier» une grand-mère, soit le percuter, ou bien les préserver tous les deux et s'encastrer dans un mur qui mettrait la vie de vos passagers et vous en danger. À ce problème insoluble, présenté dans un post du New York Times, les programmeurs des voitures autonomes doivent pourtant trouver une solution.

Un vrai questionnement sur la morale à intégrer dans l'ADN des robots se pose alors. Et même les humains n'affichent pas un avis tranché. Un nouvel article du magazine Science a essayé de déterminer les attentes des consommateurs par rapport aux risques du véhicule autonome. Ils se prononcent à 76% pour que le véhicule sauve le plus grand nombre de personnes. Mais ce jugement comporte ses nuances. Les personnes interrogées ont également fait savoir que s'ils se trouvaient au volant du véhicule autonome, ils apprécieraient que le système intelligent essaie de les sauver en premier.

Morale issue d'une loi? Choix adaptables à l'acheteur? Difficile d'entrevoir une solution viable pour le plus grand nombre mais une chose est sûre, ces questions devront être soigneusement tranchées. La naissance des voitures autonomes en dépend.

Slate.fr

Newsletters

Allons-nous connaître le même sort que les dinosaures?

Allons-nous connaître le même sort que les dinosaures?

La vie de l’humanité est bien plus précaire que l’on ne le croit.

Des manchots empereurs ont cessé de faire des bébés dans une de leur zone préférée de l'Antarctique

Des manchots empereurs ont cessé de faire des bébés dans une de leur zone préférée de l'Antarctique

Des scientifiques s'alarment de leur disparition.

Coucher avec sa tante, comme Jon Snow avec Daenerys, est-ce vraiment un problème?

Coucher avec sa tante, comme Jon Snow avec Daenerys, est-ce vraiment un problème?

C'est plus embêtant qu'entre cousins, mais ce n'est pas la catastrophe.

Newsletters