Sports

L'Angleterre à l'Euro et au Mondial, un demi-siècle de lose

Temps de lecture : 2 min

La sélection anglaise n'a jamais vraiment brillé dans les grandes compétitions. Retour sur cinquante ans d'échec en vidéo.

À chaque fois, c’est la même rengaine. L’Angleterre, sa Premier League milliardaire, ses tabloïds enflammés et ses noms ronflants espèrent avant chaque compétition ramener la Coupe du monde ou l’Euro sur leur île. Pourtant, avec leur élimination ce 27 juin 2016 face à la petite Islande en huitièmes de finale du Championnat d’Europe, les Britishs traînent, depuis le Mondial 1966 remporté sur leurs terres, un demi-siècle de lose. Qu’ils se nomment Peter Shilton, Kevin Keegan, Gary Lineker, Alan Shearer, David Beckham ou plus récemment Wayne Rooney, ils ont tous connu la désillusion sous le maillot des Three Lions.

Mental défaillant, victime d’un exploit individuel, séances de tirs au but coupables… La sélection anglaise collectionne les motifs de sortie des grandes compétitions dans des rencontres où elle endosse rarement le costume de l’outsider. Pour parler du parcours de l’équipe d’Angleterre depuis cinquante ans, on pourrait presque remixer la célèbre phrase de Gary Lineker prononcée à l’issue de l’élimination anglaise au Mondial 1990 en: «Le football est un sport qui se joue à onze contre onze et à la fin, c’est l’Angleterre qui perd.»

Newsletters

Si la NBA a réussi à percer en France, c'est grâce aux réseaux sociaux

Si la NBA a réussi à percer en France, c'est grâce aux réseaux sociaux

Ce 24 janvier, un match officiel de la NBA se joue pour la première fois sur le sol français. Les efforts des fans, qui ont su faire vivre leur passion sur internet, sont enfin récompensés.

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

Loin des clichés sur les pom pom girls, cette série documentaire offre un portrait inédit de ces athlètes dévoué·es.

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

La marque doit composer avec une mauvaise pub, une alliance Renault-Nissan en berne et l'échec d'une fusion avec Fiat-Chrysler, alors que la F1 reprend en Australie le 15 mars prochain.

Newsletters