Sports

Les commentateurs nordiques aiment bien péter un câble contre l'Angleterre

Temps de lecture : 2 min

Et à la fin, c'est l'Angleterre qui perd.

Aron Gunnarson et ses coéquipiers célèbrent la victoire de l'Islande contre l'Angleterre 2-1, lors de l'Euro 2016. BERTRAND LANGLOIS / AFP
Aron Gunnarson et ses coéquipiers célèbrent la victoire de l'Islande contre l'Angleterre 2-1, lors de l'Euro 2016. BERTRAND LANGLOIS / AFP

C'est la plus grosse et la plus belle surprise de cet Euro 2016. Après avoir fini la phase de poules à la deuxième place de leur groupe, devant le Portugal, les Islandais ont sorti l'Angleterre en huitièmes de finale (2-1) lundi soir. Ce, alors qu'ils étaient menés 1-0 dès la quatrième minute sur un pénalty de Wayne Rooney.

Autant dire que la petite île a apprécié l'exploit de ses joueurs pour leur première participation à l'Euro.

Mais s'il y en a un qui a l'air encore plus heureux que les autres, c'est Gummi Ben, le commentateur islandais fou dont on avait déjà entendu la voix monter très haut lors du deuxième but islandais face à l'Autriche, dans les arrêts de jeu du dernier match de poules: un but alors synonyme d'une qualification historique pour les huitièmes de finale.

Si Gummi Ben a depuis été licencié de son poste d'entraîneur, ça n'a pas l'air d'avoir freiné son enthousiasme. Voilà, par exemple, ce que cela a donné sur le deuxième but islandais, signé Kolbeinn Sightorsson contre l'Angleterre.

Avant de complètement craquer à la fin du match:

Slate.com a obtenu une traduction de la part de Gissur Simonarson, un journaliste islandais:

«Ils l'ont fait! Ils l'ont fait! On ne va jamais rentrer à la maison! Vous avez vu ça?! Vous avez vu ça?! C'est génial! Je n'arrive pas à y croire! C'est un rêve! Ne me réveillez jamais, c'est un rêve génial!

Vivez comme vous voulez les Anglais. L'Islande va affronter la France, dimanche. France-Islande! Vous pouvez rentrer chez vous! Vous pouvez quitter l'Europe! Vous pouvez aller où vous voulez putain! Angleterre 1, Islande 2, c'est le score final ici à Nice! Et le conte de fées continue!»

Ce n'est pas la première fois que des commentateurs nordiques craquent complètement en fin de match, alors que leurs équipes affrontaient l'Angleterre. L'exemple le plus frappant remonte à 1981, quand la Norvège avait battu les Anglais 2-1 en éliminatoires de la Coupe du monde 1982. Des éliminatoires dont la Norvège allait finir à la dernière place, quand l'Angleterre prendrait la deuxième place qualificative. Mais en ce soir de septembre 1981, Bjorge Lillelien se lâche un peu, le faisant rentrer dans l'histoire des commentaires sportifs (la traduction est issue des commentaires YouTube).

«Nous sommes les meilleurs du monde! Nous sommes les meilleurs du monde! Nous avons battu l'Angleterre 2-1 en football! C'est complètement incroyable! Nous avons battu l'Angleterre! L'Angleterre, lieu de naissance des géants. Lord Nelson, Lord Beaverbrook, Sir Winston Churchill, Sir Anthony Eden, Clement Attlee, Henry Cooper, Lady Diana –on les a tous battus. On les a tous battus.

Maggie Thatcher, tu m'entends? Maggie Thatcher, tes garçons ont pris une sacré fessée! Tes garçons ont pris une sacré fessée!»

Plus récemment, c'est Zlatan Ibrahimovic qui avait fait craquer les commentateurs suédois toujours face aux Anglais, en 2013 avec ce retourné acrobatique en fin de match, qui allait lui valoir le prix Puskas quelques semaines plus tard:

Newsletters

Kobe Bryant était plus qu'un joueur de basket

Kobe Bryant était plus qu'un joueur de basket

L'ancienne star des Los Angeles Lakers est morte dans un accident d'hélicoptère, dimanche 26 janvier.

Si la NBA a réussi à percer en France, c'est grâce aux réseaux sociaux

Si la NBA a réussi à percer en France, c'est grâce aux réseaux sociaux

Ce 24 janvier, un match officiel de la NBA se joue pour la première fois sur le sol français. Les efforts des fans, qui ont su faire vivre leur passion sur internet, sont enfin récompensés.

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

Loin des clichés sur les pom pom girls, cette série documentaire offre un portrait inédit de ces athlètes dévoué·es.

Newsletters