Sports

L'Islande a joué à l'Angleterre un remake des «Guerres de la morue»

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 28.06.2016 à 1 h 33

Oubliez le Brexit: la métaphore géopolitique la plus utilisée pour désigner l'élimination des Anglais n'était pas la bonne.

Durant la première Guerre de la morue, en 1958 (via Wikimédia Commons). La victoire islandaise face à l'Angleterre (BERTRAND LANGLOIS / AFP).

Durant la première Guerre de la morue, en 1958 (via Wikimédia Commons). La victoire islandaise face à l'Angleterre (BERTRAND LANGLOIS / AFP).


Il n'a fallu qu'un gros quart d'heure pour que la blague explose sur Twitter. Après un penalty inscrit par Rooney dès la 4e minute et une égalisation ultra-rapide de Sigurðsson, l'Islande a pris, par Sigþórsson, l'avantage dès la 18e minute de son huitième de finale contre l'Angleterre à Nice. Un avantage qu'elle allait garder jusqu'au bout (2-1), réussissant un formidable exploit qui lui offre un quart de finale contre la France, le 3 juillet à Saint-Denis. Et soudain, tout le monde s'est mis à anticiper un second Brexit en une semaine, au point que la plaisanterie a paru éculée en quelques secondes.

Pourtant, cette fois-ci, ce n'est pas l'Angleterre qui a choisi de quitter l'Euro(pe), c'est bien l'Islande qui l'en a chassée, avec les qualités dont elle avait déjà fait preuve depuis le début de l'Euro –solidité, efficacité (huit tirs, cinq cadrés, deux buts), solidarité. Tant et si bien que, s'il faut employer une métaphore historique, ce n'est pas vers le Brexit qu'il faut se tourner, c'est plutôt vers les Guerres de la morue (Cod Wars).

Une guerre sans tirs avec un seul mort

Une guerre sans tirs qui a opposé l'Islande au Royaume-Uni entre les années cinquante et soixante-dix autour de la délimitation des zones de pêche exclusives de l'Islande, qui était inquiète de voir les chalutiers anglais pêcher trop près de ses côtes. En vingt ans, ce conflit larvé permettra à la petite île, qui fait jouer la menace de se retirer de l'Otan pendant que l'Angleterre, de son côté, introduit un embargo sur le poisson islandais, de repousser sa zone de pêche exclusive de 3 milles à 200 milles de ses côtes. De 1958 à 1961, de 1972 à 1973 puis de 1975 à 1976, des vaisseaux de guerre doivent protéger les navires de pêche britanniques qui s'aventurent dans les eaux islandaises, sans empêcher le petit pays de finir par imposer sa volonté sur la scène internationale.

L'Islande sortira victorieuse d'un conflit à étapes qui fera un seul mort, un de ses ingénieurs, électrocuté lors d'une collision entre deux bâtiments ennemis en août 1973. «Avant de nous montrer trop présomptueux envers l'Islande, souvenons-nous qu'elle a pris le meilleur sur nous lors des Guerres de la morue, qui se sont terminées en 1976 sur un rude coup pour la pêche anglaise», tweetait, cinq jours avant le match, le chercheur en stratégie militaire Lawrence Freedman.

«Qu'est-ce que cela a à voir avec le football? Comme durant les Guerres de la morue, les joueurs islandais devront faire preuve d'un plus grand engagement que les joueurs anglais pour avoir la moindre chance de l'emporter», écrivait de son côté avant la rencontre le chercheur Sverrir Steinsson, auteur plus tôt dans l'année d'une étude sur ce conflit. Il y citait notamment des propos du secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger qui prennent une nouvelle résonance au vu de ce match:

«Voici une île avec une population de 200.000 habitants menaçant de se lancer dans une guerre avec une puissance mondiale de 50 millions à propos de la morue, et une superpuissance qui considère nécessaire (a) de faire part de son opinion (b) de freiner non le plus puissant mais le plus faible [les États-Unis avaient massivement acheté du poisson islandais pour contrecarrer l'influence de l'URSS, qui faisait la même chose, ndlr] . [...] Les ministres islandais ont insisté de manière implacable sur ce qui, à n'importe quelle autre période, aurait fait figure de suicide. [...] Le minuscule et turbulent pays menaçant de faire la guerre à une nation 250 fois plus grande qu'elle et de quitter l'Otan (sans laquelle il serait sans défense)  nous en dit beaucoup sur le monde contemporain et sur la tyrannie que les faibles peuvent imposer.»

«The Hand of Cod»

Cette tyrannie du faible envers le fort, cette façon dont une nation qui ne s'était jamais qualifiée pour l'Euro peut faire chuter le pays du plus riche championnat au monde, trouve encore un écho dans le monde de 2016. Élu il y a deux jours, le nouveau président islandais, l'historien Guðni Johannesson, est d'ailleurs un spécialiste de la période, et a été accusé d'entretenir des vues antipatriotiques sur le sujet par son adversaire Davíð Oddsson durant la campagne électorale. Ironiquement, les guerres de la morue sont aussi citées comme un facteur d'affaiblissement de la pêche anglaise, dont les bastions ont très fortement voté en faveur du Brexit.

Plusieurs Islandais avaient revendiqué le parallèle avant même le match. «Pouvons-nous battre l'Angleterre? Rappelez-vous les Guerres de la morue, n'importe quoi peut se produire», lançait avec défi au Daily Mail Einar Örn Benediktsson, un ancien membre des Sugarcubes, le premier groupe de Björk. Interrogé par un journaliste suédois en conférence de presse, le co-sélectionneur Heimir Hallgrimsson avait lui aussi consenti à la comparaison:

«C'était la seule fois où l'Islande a fait la guerre. Nous sommes trop petits pour avoir une armée et nous manquons de troupes, donc nous serions battus plutôt rapidement. Mais ces types, nos footballeurs, forment l'armée islandaise. C'est pourquoi tout le monde les soutient.»

Les Anglais n'ont jamais renâclé aux métaphores guerrières en matière de football: un chant de supporters très populaire s'y intitule «Two World Wars and One World Cup» («Deux guerres mondiales et une Coupe du monde»), en référence au seul trophée remporté par la sélection, en 1966 contre l'Allemagne de l'Ouest. Pour ce duel face à l'Islande, la métaphore était toute trouvée, avant même le match: les Anglais expliquaient craindre «the Hand of Cod», en référence à «the Hand of God», «la main de Dieu», le but scandaleux que leur avait inscrit de la main Diego Maradona il y a trente ans presque jour pour jour, vengeant son pays de sa défaite aux Malouines. Une défaite glorieuse, contrairement à celle contre l'Islande, dont on doute fort qu'elle sera encore célébrée outre-Manche dans trente ans.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte