Monde

Après avoir milité pour le Brexit, Boris Johnson déclare son amour à l’Europe

Temps de lecture : 2 min

L’un des leaders du camp pro-Brexit affirme que la Grande-Bretagne «fait partie de l’Europe, et en fera toujours partie».

Boris Johnson à la COP21 le 4 décembre 2015 | STEPHANE DE SAKUTIN/AFP
Boris Johnson à la COP21 le 4 décembre 2015 | STEPHANE DE SAKUTIN/AFP

Certains le jugent gonflé. Boris Johnson, l’un des leaders du camp en faveur du «Leave» pour quitter l’Union européenne, a écrit une longue tribune dans le journal conservateur The Telegraph, dans laquelle il appelle au rassemblement des forces pro- et anti-Brexit tout en affirmant que la Grande-Bretagne fait et fera toujours «partie de l’Europe»:

«Je ne soulignerai jamais assez que la Grande-Bretagne fait partie de l’Europe, et en fera toujours partie. Il y aura toujours une coopération européenne intense et qui s’intensifiera dans de nombreux domaines: arts, sciences, universités, protection de l’environnement. [...] Les Britanniques pourront toujours aller travailler dans l’UE, y vivre, voyager, étudier, acheter des maisons et s’y installer.»

Des déclarations qui lui ont valu les sarcasmes du camp opposé. «Boris a finalement révélé son jeu. Il veut rejoindre l’Union européenne», s’est moqué Jonathan Reynolds, un député travailliste:

«On en rirait si le camp du Leave n’avait pas gagné»

«Qu’a dit Johnson déjà? Ah oui, pas de panique, rien ne va changer», s’est moquée sur Twitter Sonia Stolper, la correspondante du journal Libération au Royaume-Uni. «On en rirait si le camp du Leave n’avait pas gagné», a aussi affirmé la journaliste Amandine Alexandre en commentant la déclaration d’amour de Boris Johnson à l’Europe. Selon Le Journal du dimanche, l’ex-maire de Londres chercherait même à «enterrer le Brexit».

Dans un contexte très tendu et divisé, le leader conservateur a en tout cas cherché à calmer le jeu. «Il y a eu plus de 16 millions de personnes qui ont voté pour rester dans l’Union européenne. Il s’agit de nos voisins, nos frères, nos sœurs, qui ont choisi ce en quoi ils croyaient profondément. Dans les démocraties, ce sont les majorités qui décident, mais chacun a la même valeur. Nous, qui faisons partie de cette majorité étroite, devons tout faire pour rassurer ceux qui voulaient rester dans l’Union européenne», a affirmé Boris Johnson.

Slate.fr

Newsletters

Refusée car elle est une fille, elle intente un procès à une chorale

Refusée car elle est une fille, elle intente un procès à une chorale

On ne rigole pas avec les traditions à la Staats- und Domchor de Berlin.

Comment vivent les LGBT+ au Brésil de Bolsonaro

Comment vivent les LGBT+ au Brésil de Bolsonaro

Sept mois après l'entrée en fonction de Jair Bolsonaro, les personnes LGBT+ dénoncent une homophobie d'État et s'inquiètent de leur avenir.

Une famille attaquée par un loup au Canada

Une famille attaquée par un loup au Canada

Un phénomène très rare alors que ces animaux ont davantage tendance à fuir l'homme.

Newsletters