Monde

Deux pilotes américains dépassent l'aéroport où ils devaient atterrir de 240km

Slate.fr, mis à jour le 23.10.2009 à 12 h 46

Que ceux qui n'ont jamais raté une sortie d'autoroute lèvent le doigt... Mais dans les airs, point de panneaux pour rappeler aux distraits les étapes du parcours. Résultat: des pilotes de la Northwest Airlines, en pleine discussion animée sur la politique de leur compagnie, en ont oublié l'heure et ont largement dépassé sans y penser l'aéroport de Minneapolis, où ils devaient atterrir. Ils ne se sont rendus compte de leur erreur que 240 km et 16 minutes plus tard.

Panique au sol, où le contact a été perdu pendant une heure avec l'appareil qui volait à 11.000 mètres d'altitude: suite à l'alerte de l'Autorité Aérienne Fédérale (AAF) craignant un détournement, deux avions de chasse étaient même prêts à décoller. Après plusieurs tentatives infructueuses, les contrôleurs ont finalement réussi à contacter les pilotes en demandant l'aide de deux autres appareils de la Northwest Arilines, dont les équipages ont utlisé une autre fréquence radio. Les réponses des pilotes étaient alors tellement vagues que la tour de contrôle leur a ordonné de faire plusieurs manoeuvres inutiles pour vérifier qu'ils n'étaient pas sous la menace des terroristes.

Le contact a finalement pu être repris et l'avion venu de San Diego a atterri à Minneapolis un peu après 21h heure locale (4h jeudi matin, heure de Paris); les 147 passagers, eux, n'ont pas vraiment réalisé ce qu'il se passait.

Les deux pilotes ont été suspendus et deux enquêtes sont en cours: une interne à la compagnie filiale de Delta Airlines, une autre menée par la direction fédérale de l'aviation (AAF). Alors qu'ils disent avoir «perdu la notion du temps», certains les soupçonnent de s'être tout simplement endormis. L'automatisation du pilotage pour des avions comme l'A320 est telle que le plus grand danger qui guette les pilotes d'aujourd'hui semble être l'ennui. Alors que le plupart des employés se plaignent d'une charge de travail trop importante, chez les pilotes, ce serait plutôt l'inverse: entraînés pour faire face à des situations de crise, tenus d'avoir des réflexes irréprochables, ils doivent dans les faits faire face à des heures de vol des plus monotones, bien loin des séances catastrophistes en simulateur.

Cette difficulté se combine à des plages de repos irrégulières qui dérèglent leurs cycles de sommeil: fatigue et ennui, toutes les conditions sont réunis pour un petit somme involontaire et à haut risque dans le cockpit. Les boîtes enregistreuses du cockpit vont être analysées: les enquêteurs verront bien si le débat était aussi chaud que les pilotes le prétendent...

[Lire l'article complet sur BBC News]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Avion de la Northwest Airlines par Eric Kilby via Flickr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte