Sports

VIDÉO. La minute où les supporters croates sont passés du rêve à l'enfer

Temps de lecture : 2 min

En une minute, la Croatie a failli se qualifier pour les quarts de finale et s'est fait éliminer par le Portugal. La scène vue depuis Zagreb.

Le parcours prometteur de la Croatie dans l'Euro 2016 s'est arrêté net, le 25 juin. Dans le huitièmes de finale qui les opposait au Portugal, la sélection croate est passée par tous les états... avant de finalement perdre, dans les dernières minutes des prolongations, après un but de Ricardo Quaresma. Si le match a été surtout marqué pour un manque cruel d'occasions de but et de tirs cadrés, tout s'est finalement joué en une minute, entre la 116e et la 117e minute.

En clair, un enchaînement rapide et un emballement inattendu alors que la rencontre semblait se diriger vers une séance de tirs au but. À la 116e minute, une tête d'Ivan Perisic frappe le montant de but de Rui Patricio. Sur la contre-attaque portugaise, la frappe de Nani est repoussée par le gardien de but croate, Danijel Subasic, et récupérée de la tête par Ricardo Quaresma qui la glisse au fond des filets. Sur l'une des plus grandes places de Zagreb, la capitale de la Croatie, la foule de près de 40.000 supporters a été filmée pendant cette folle minute de jeu. De l'euphorie à la tragédie, du rêve à l'enfer, voilà comment l'élimination de la Croatie a été vécue depuis Zagreb.

Newsletters

Être mascotte sportive est un métier à part entière (et peut rapporter gros)

Être mascotte sportive est un métier à part entière (et peut rapporter gros)

Les plus performantes et célèbres de ces personnes cachées derrière un costume peuvent toucher un salaire annuel à six chiffres.

Les Tokyoïtes hésitent quant aux JO

Les Tokyoïtes hésitent quant aux JO

La cérémonie d'ouverture est toujours prévue pour le 23 juillet 2021.

En Argentine, le footing devient un acte politique

En Argentine, le footing devient un acte politique

Dans le contexte de confinement sans fin que traverse Buenos Aires, l'adepte de la course à pied est peut-être devenu·e un·e opposant·e à la politique du gouvernement central.

Newsletters