Tech & internet / Monde

Fradieu, Departugal, Oustria... Après le Brexit, certains s'amusent à nommer les futurs départs

Temps de lecture : 2 min

Après le vote des Britanniques en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les Européens cherchent à trouver le nom du processus qui verra la sortie d'un autre pays.

Montage Slate.fr à partir des termes inventés par les internautes en cas de sortie de pays de l'Union européenne
Montage Slate.fr à partir des termes inventés par les internautes en cas de sortie de pays de l'Union européenne

«Britain exit», ou «sortie du Royaume-Uni» en français, a donné «Brexit». C'était plus court pour les réseaux sociaux. Même si cette contraction n'est pas des plus jolies à prononcer, il fallait trouver un terme efficace. Chaque actualité a désormais sa punchline pour mieux exister sur les réseaux sociaux. Il s'agissait là de désigner le souhait d'une partie du pays de quitter l'Union européenne. Beaucoup l'ont utilisé pendant la campagne entre partisants du «Leave» (partir) ou «Remain» (rester). Le site des dictionnaires Oxford précise que le terme est apparu en 2012, notamment après l'apparition de «Grexit» quand certains voulaient que la Grèce sorte de la zone euro.

Alors que plus de 17 millions de Britanniques ont choisi jeudi 23 mars de quitter l'Union européenne, le reste de l'Europe attend avec fébrilité ce qu'il va se passer dans les mois et les années à venir.

D'autres pensent déjà aux mots-clé qui seront utilisé sur internet et par les experts politiques et économiques du monde entier. Parmi les propositions: «Departugal» pour le Portugal, «Italeave» pour l'Italie, «Byegium» pour la Belgique, «Finish» pour la Finlande...

Concernant la France, au lendemain des résultats du référendum au Royaume-Uni, Marine Le Pen a très rapidement appelé à un «Frexit» (et donc employé des termes en anglais). Elle n'était pas la seule. «Fradieu» semblerait pourtant plus approprié si la France devait dire adieu à l'UE.

Slate.fr

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

OnlyFans, le porno de la jeune génération

OnlyFans, le porno de la jeune génération

Les internautes s'inscrivent et paient un abonnement pour suivre leurs stars, célèbres ou amatrices.

Vivement la mort des mails

Vivement la mort des mails

Pour mettre fin au tonneau des Danaïdes que sont nos boîtes mails.

Newsletters