Sciences / Égalités

Non, on ne sait pas pourquoi les règles peuvent être si douloureuses

Temps de lecture : 2 min

La protéine C réactive augmente parce que les femmes sont en souffrance, pas l'inverse

Endometriosis of the Fallopian Tube (Luminal Pattern) | Ed Uthman via Flickr CC License by
Endometriosis of the Fallopian Tube (Luminal Pattern) | Ed Uthman via Flickr CC License by

Contrairement à ce que nous annoncions il y a quelques jours, une étude ne vient pas de découvrir la «cause», «l'origine» et encore moins le «déclencheur» des souffrances pré-menstruelles, ni même menstruelles. Une confusion classique entre corrélation et causalité que nous n'avons pas été les seuls à faire– sans que cela ne nous en dédouane.

Ce que l'étude publiée le 2 mai sur le site du Journal of Women's Health observe, c'est la présence d'un processus inflammatoire durant la période pré-menstruelle –une semaine environ avant la survenue des règles– caractérisé par une augmentation du taux de protéine C réactive. De fait, la protéine C réactive (CRP) est un marqueur connu d'inflammation. Comme son nom l'indique, un marqueur biologique (ou biomarqueur) signale un événement pathologique quelconque, il n'en est pas la cause, mais la conséquence– ou le symptôme, si vous voulez. De la même manière, si la CRP est connue pour indiquer un risque accru d'accident cardiaque, elle ne «favorise» en rien les infarctus, comme nous l'écrivions là encore à tort.

Un processus inflammatoire

«La protéine C réactive, synthétisée par le foie, est un marqueur des douleurs de manière générale» explique à Sciences et Avenir le Dr. Bertrand de Rochambeau, vice-président du Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France (SYNGOF). «Si l'on veut montrer la cause, il faut donc ne pas tenir compte de ce marqueur et chercher ailleurs», précise le médecin.

Reste que l'étude du Journal of Women's Health est des plus importantes pour les nombreuses femmes –jusqu'à 95% de la population féminine réglée– ayant à subir tous les mois un syndrome pré-menstruel (PMS), vu qu'elle confirme combien le phénomène relève d'un processus inflammatoire et donc que bon nombre de médecins ont raison de prescrire des anti-inflammatoires à leurs patientes en souffrance.

De même, ce travail laisse entendre que le PMS pourrait être lié à d'autres pathologies inflammatoires. Comme le précise Elizabeth Bertone-Johnson, épidémiologiste et biostatisticienne de l'Université du Massachusetts, dans un éditorial du Journal of Women's Health certains travaux ont déjà suggéré une association possible entre ces symptômes prémenstruels et un risque accru d'hypertension. Les bénéfices des anti-inflammatoires pourraient donc être doubles: soulager le PMS et diminuer le risque d'autres maladies chroniques, comme le diabète de type 2 ou l'insuffisance coronarienne.

Newsletters

Une épidémie de maladie rénale pourrait se propager avec le changement climatique

Une épidémie de maladie rénale pourrait se propager avec le changement climatique

Les reins sont responsables de l'équilibre hydrique de l'organisme, ce qui les rend particulièrement sensibles aux températures extrêmes.

Être enceinte et positive au Covid-19 est d'autant plus dangereux si on attend un garçon

Être enceinte et positive au Covid-19 est d'autant plus dangereux si on attend un garçon

Le sexe du fœtus influence à la fois la capacité de la mère à générer des anticorps contre le virus et à les transférer à son bébé.

Certaines personnes pourraient être génétiquement immunisées contre le Covid

Certaines personnes pourraient être génétiquement immunisées contre le Covid

Elles détiendraient alors la clé du traitement le plus efficace contre le virus. Si vos proches sont tombés malades et pas vous, vous en faites peut-être partie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio