Monde

À Londres, sous le choc, des europhiles réclament l'indépendance

Temps de lecture : 2 min

Avec quelque 930.000 ressortissants issus de l'Union européenne, la mégalopole va fortement sentir l'impact du Brexit.

 Les Européens vont-ils fuir Londres avec le Brexit ? | Martin Hesketh via Flickr CC License by

En décalage avec une large partie du reste de l'Angleterre, Londres a voté à 60% contre le Brexit. De nombreux habitants se sont donc réveillés avec la gueule de bois ce vendredi matin. Au point qu'une pétition est lancée sur Change pour réclamer l'indépendance de la capitale et son maintien dans l'Union européenne, rapporte l'Evening Standard. Elle a déjà été signée par plus de 10.000 personnes.


En attendant, les résidents issus de l'Union européenne vont-t-ils abandonner Londres avec le Brexit? Métropole immense, parfaitement intégrée au phénomène de la mondialisation, la capitale anglaise compte quelques 929.000 ressortissants provenant de l'Europe des 27, d'après le dernier rapport de l'Office for National Statistics publié en mai 2016. Ce chiffre conséquent, se rapportant aux données récoltées en 2014, représente 11% de la population londonienne et plus du tiers des Européens ayant élu domicile au Royaume-Uni.


Le Brexit va peut-être changer la donne, mais le nouveau maire de Londres depuis mai 2016, le travailliste Sadiq Khan qui a succédé au pro-Brexit Boris Johnson, a tenu un discours rassurant après le résultat du vote:

«J'aimerais envoyer un message particulier au million d'Européens qui vivent à Londres. Ils apportent une grande contribution à notre ville –travaillent dur, payent leurs impôts et participent à la vie citoyenne et culturelle. Vous êtes les bienvenus. Nous apprécions l'énorme contribution que vous apportez à notre ville et cela ne changera pas à la suite de ce référendum.»

Bruno Cravo Journaliste

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters