Monde

Les jeunes britanniques ne voulaient pas de la sortie de l’UE, mais ils vivront plus longtemps avec

Repéré par Aude Lorriaux, mis à jour le 24.06.2016 à 15 h 05

Repéré sur Mirror

Ce sont sans doute les plus grands perdants du scrutin.

Des partisans du Remain le 30 mai dernier I Yui Mok / POOL / AFP

Des partisans du Remain le 30 mai dernier I Yui Mok / POOL / AFP

«Les jeunes électeurs seront les perdants du vote historique d’aujourd’hui»écrit le Mirror, l’un des rares tabloïds qui a soutenu le vote pour rester dans l’Union européenne.

Les jeunes âgés de 18 à 24 ans étaient favorables à 75% pour un maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne, avec 25% seulement en faveur d’une sortie, selon le dernier sondage YouGov effectué le jour du vote du referendum, qui donnait, toutefois, les tenants du «Remain» gagnants. Les plus de 65 ans auraient voté très largement pour une sortie (61%), 39% seulement d’entre eux se prononçant en faveur d’une Grande-Bretagne dans l’Union, selon le même sondage (Une fois l'abstention prise en compte, le pourcentage de jeunes affirmant avoir voté en faveur du «Remain» n'était cependant plus que de 66%, et il faut souligner aussi que le sous-échantillonnage est faible donc peu fiable, comme l'ont souligné les Decodeurs). 

Ironie du sort, ce sont eux qui auront le plus longtemps à vivre avec cette décision, comme l’a relevé un journaliste, citant un autre sondage YouGov avec des résultats montrant des tendances similaires:

«Le passé vient de voter contre le futur»

Les 18-24 ans, qui étaient majoritairement favorables à la décision, devront vivre près de soixante-dix ans avec cette décision, si on considère leur durée de vie moyenne, estimée entre 88 et 92 ans, selon l’Office national des statistiques britannique. Les plus de 65 ans, qui ont très largement voté en faveur d’une sortie de l’Union, ne devront vivre que seize ans en moyenne avec cette décision.

«Les jeunes étaient très majoritairement favorables à rester dans l’Union, mais ils ont perdu. Ils votaient pour leur futur, mais on leur a volé», a réagi le leader des Libéraux-démocrates Tim Farron. «Le passé vient de voter contre le futur», a aussi écrit le directeur de la communication du Forum économique mondial:

Mise à jour: Nous avons ajouté une ligne pour avertir le lecteur sur la faible participation des jeunes au scrutin et le sous-échantillonnage faible du sondage, ce qui fait qu'on ne peut pas affirmer non plus, comme les Décodeurs l'ont fait remarquer, que les jeunes britanniques ont «massivement voté» contre le «Brexit».

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte