Monde

Les partisans de Trump et du Brexit ont en commun leur haine des élites

Temps de lecture : 2 min

Aux États-Unis comme en Grande-Bretagne, une partie de l'électorat semble prête à sacrifier la situation économique pour le désir viscéral de se venger des élites.

Boris Johnson, l'ancien maire de Londres partisan de la sortie de l'UE, le 22 juin 2016 | SCOTT HEPPELL/AFP
Boris Johnson, l'ancien maire de Londres partisan de la sortie de l'UE, le 22 juin 2016 | SCOTT HEPPELL/AFP

Les électeurs Britanniques doivent choisir ce jeudi 23 juin s’ils comptent rester dans l’Union européenne ou opter pour le «Brexit» et continuer l’aventure en solo.

Sans pour autant se voiler la face sur le fonctionnement de l’UE, il est probable à en croire plusieurs études économiques qu’une sortie de l’Union se traduirait par une baisse du niveau de vie des foyers.

Alors «pourquoi les Britanniques choisiraient une option qui va d’une manière si évidente à l’encontre de leurs propres intérêts?» se demande le New York Mag pendant que les sondages les plus récents n’écartent pas la possibilité que le «leave», la sortie de l’UE, ne l’emporte. Pour le magazine, le vote Brexit se rapproche de celui en faveur de Donald Trump, aux États-Unis. Dans les deux cas, les propositions économiques sont peu convaincantes mais elles passent au second plan derrière des enjeux qui, eux, motivent et mobilisent plus les électeurs, comme l’immigration et le rejet des élites.

Au final, peu importe pour ces électeurs que les promesses de partisans de la sortie de l’UE au Royaume-Uni ou de Donald Trump aux États-Unis soient réalistes, dans la mesure où, «dans les deux cas, le sentiment anti-élite semble s’être transformé en un anti-empirisme insouciant». Les chiffres et études avancés par les opposants n’ont aucune prise sur les électeurs tentés. Comme s’ils souhaitaient abandonner quelque chose de tangible (la situation économique) pour une perspective incertaine, celle de faire que l’Angleterre ou les États-Unis redeviennent ce qu’ils étaient dans un état antérieur. Le tout en punissant au passages les élites jugées responsables de la situation.

Newsletters

Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Rétrocédé par le Royaume-Uni en 1997, Hong Kong garde depuis un statut à part –un pays, deux systèmes. Cela agace Pékin, qui aimerait reprendre le contrôle de la province où le mouvement pro-démocratie, en sommeil pendant la crise...

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

Un·e jeune âgé·e de 18 à 29 ans sur six a perdu son emploi depuis le début de l'épidémie.

Au Venezuela, le Covid-19 sonne le signal du retour au pays

Au Venezuela, le Covid-19 sonne le signal du retour au pays

Frappées durement par le confinement dans les pays où elles se sont réfugiées, des dizaines de milliers de personnes n'ont d'autre choix que de rentrer, par tous les moyens.

Newsletters