Sports

Il a interrompu sa chimiothérapie pour aller voir le match du Pays de Galles

Repéré par Bruno Cravo, mis à jour le 22.06.2016 à 16 h 46

Repéré sur BBC

Entre le cancer et les coéquipiers de Gareth Bale, ce supporter a choisi.

Supporters du Pays de Galles dans les tribunes du stade toulousain, le 20 juin 2016 | Rémy GABALDA/AFP

Supporters du Pays de Galles dans les tribunes du stade toulousain, le 20 juin 2016 | Rémy GABALDA/AFP

Quand il s’agit de football, certains supporters sont prêts à tout. Pour le Pays de Galles, Ian «Jacko» Roberts a carrément interrompu ses séances de chimiothérapie afin de se rendre à Toulouse le 20 juin et d’assister à la victoire de son équipe face à la Russie (3-0), comme le raconte un article de la BBC.

Le Gallois de 54 ans a une tumeur des fosses nasales. Il a voyagé d’Acrefair, près de Liverpool, jusqu’à la ville rose pour voir les Dragons. Le charpentier venait de terminer une session de douze séances de chimiothérapie et d’en entamer une nouvelle. «L’ambiance a été extraordinaire, exceptionnelle», relatait-il au retour de son périple.

En plus du match, Roberts a aussi rencontré des anciennes gloires du Pays de Galles dont John Harston, lui aussi atteint d’un cancer après sa carrière et aujourd’hui tiré d’affaire. «J’ai parlé avec John Hartson, il avait sa main sur mon épaule, c’était un grand moment», poursuivait Roberts.

Un match spécial après des années de frustration

Ce supporter suit les résultats du Pays de Galles depuis longtemps, mais il était plus habitué aux désillusions qu’aux victoires. «Ce fut un match spécial après toutes ces années de frustration où nous avons loupé la qualification», ajoutait Roberts.

C’était déjà un jour de match, avant la rencontre Pays de Galles-Andorre, le 13 octobre 2015, que Ian Robert avait appris qu’il avait un cancer. «C’est dans la matinée de ce jour-là que les médecins m’ont dit que j’avais une tumeur des fosses nasales. Pendant tout l’hiver, je n’imaginais pas une seule seconde me retrouver en France pour l’Euro. Je l’ai su seulement quelques jours avant le match», expliquait-il.

S’il ne savait rien, c’est parce que ce sont ses amis qui lui ont fait la surprise. «Ils m’ont acheté les billets en faisant une collecte quand j’ai dû cesser mon activité professionnelle», a-t-il détaillé. Preuve de plus que le football peut repousser toutes les limites.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte