France / Sports

Les buts de l'Euro vus de l'étranger

Temps de lecture : 6 min

Faute de billets pour la phase finale de l'Euro, des dizaines de milliers d'Européens célébrent les buts de leur équipe fétiche, dans les fan zones créées spécialement pour l'occasion ou dans les bars de leur pays.

Des supporters gallois devant le match Angleterre-Pays de Galles, le 16 juin à Londres . Daniel Leal-Olivas / AFP
Des supporters gallois devant le match Angleterre-Pays de Galles, le 16 juin à Londres . Daniel Leal-Olivas / AFP

L'explosion au moment d'un but. Ce frisson qui remonte doucement du bas du dos jusqu'à la nuque avant de laisser place, le plus souvent, à un puissant cri désignant ladite réalisation dans sa langue natale. Seul, c'est déjà beaucoup d'émotions. À plusieurs, c'est une douce euphorie qui s'empare de l'assemblée. Que cela se passe à Cardiff ou à Berlin, que le but se dise Goal ou Tor, toujours les mêmes foules en liesse à l'arrivée.

1.France-Portugal (10 juin)
Un premier sacre sous la chaleur lisboète

Attention, ça cogne fort. La Place du Commerce de Lisbonne rentre en fusion. Tou ces ongles rongés après la blessure cauchemardesque de Cristiano Ronaldo paraissent bien loin, quand à la 109e minute, le joker Eder décoche une frappe limpide des vingt-cinq mètres. La France ne se relèvera pas. Lisbonne, elle, ne se couchera pas de sitôt.

2.France-Allemagne (7 juillet)
Paris libéré

Le début d'une soirée inoubliable. Après une première période indécise, Antoine Griezmann pose la première de ses deux banderilles. La fan zone parisienne se dit alors (après trente bonne secondes de transe) qu'elle verra peut-être la bande de Deschamps dimanche soir au Stade de France.

3.Portugal-Pays de Galles (6 juillet)
Enfin une victoire en 90 minutes

Au vu du tournoi des Portugais, on commençait à douter des capacités lusitaniennes à s'imposer dans le temps règlementaire. Alors, quand Cristiano Ronaldo ouvre le score en début de seconde période et que Nani l'imite trois minutes plus tard, c'est presque incrédule que la fan zone de Lisbonne se réveille pour célébrer les réalisations qui envoient le Portugal en finale de l'Euro pour la seconde fois de leur histoire. Douze ans après leur échec à domicile face à la Grèce, au Championnat d'Europe 2004.

4.Allemagne-Italie (2 juillet)
Si loin, si proches

À Lyon, la tribune allemande aurait sans aucun doute préféré assister à cette séance de tirs aux buts de plus près. Malheureusement, le capitaine Bastian Schweinsteiger en a décidé autrement. C'est face aux tifosi de la Squadra Azura que Shkodran Mustafi qualifie les siens au terme d'une séance de tirs au but mémorable (1-1, 6 t.a.b. 5).

5.Pays de Galles-Belgique (1er juillet)Cardiff douche les stars belges

Pluie de bières dans la fan zone de la capitale galloise. Les coéquipiers de Gareth Bale et Aaron Ramsey inscrivent un troisième but face aux favoris belges et scellent le plus grand fait d'armes footballistique d'un pays plutôt habitué aux chevauchées de l'ovalie. Victoire 3-1. Cardiff's on fire.


6.Pologne-Portugal (30 juin)
Lisbonne fête ses héros de dernière minute

Comme lors de leurs huitièmes de finale respectifs, Pologne et Portugal prolongent le plaisir au-delà des quatre-vingt-dix minutes. Après une première période où deux buts seront marqués, les deux équipes resteront muettes jusqu’à la séance de tirs au but. Héroïque jusque-là, Jakub Blaszczykowski voit sa tentative repoussée par Rui Patricio. Il incombe à Ricardo Quaresma de qualifier son pays. C’est chose faite après une frappe limpide dans le haut de la cage gardée par Fabianski. Une réalisation qui libère les supporters portugais rassemblés à la fan zone de Lisbonne.


7.Angleterre-Islande (27 juin)
Petite île est devenue grande

Un des plus beaux exploits de l’Euro 2016. Qualifiée avec brio, en deuxième place de son groupe, l’Islande croise l’Angleterre en huitièmes de finale. Rapidement menés, les Islandais vont pourtant revenir dans la partie et prendre l’avantage avant la fin de la première demi-heure. Kolbeinn Sigthorsson, le second buteur, et tous ses coéquipiers vont alors se battre sur tous les ballons et repousser les assauts britanniques jusqu’au bout du temps additionnel. Dans l’Atlantique Nord, le petit pays nordique s’est arrêté pour le match avant d’exploser comme un volcan pour fêter la victoire de ses garçons, les Strákarnir okkar.

8.Italie-Espagne (27 juin)Catane fête la claque espagnole

Cette Italie ne faisait pas rêver, cette Italie devait rapidement rentrer à la maison. Le fait est que de nombreux observateurs ont oublié la formidable capacité de la sélection à se surpasser grâce à une tactique cohérente et une détermination de tous les instants. Après un but de Chiellini en première période, Graziano Pellè achève l’énorme performance italienne et élimine les champions d’Europe en titre espagnols. La place universitaire de Catane, en Sicile, plonge alors dans la plus totale des euphories.

9.Allemagne-Slovaquie (26 juin)Une formalité

Habituée des grandes compétitions et quasiment jamais prise à défaut avant les quarts de finale, l’Allemagne dispose facilement de la modeste Slovaquie. Les hommes de Joachim Löw s’imposent trois buts à zéro sans sourciller, à l'image des célébrations assez contenues de la fan zone de Berlin.

10.Belgique-Hongrie
Que de promesses!

Douchés d’entrée par les Italiens (0-2), les Belges enchaînent par deux victoires pour atteindre les huitièmes de finale. Opposés à la Hongrie, les Diables Rouges, fort d’un soutien impressionnant, vont donner énormémement de joie à tout un pays. Ils étrillent les Magyars 4-0 sans sourciller et provoquent des énormes scènes de liesse comme ici à Arlon, dans la région wallonne.

11.Portugal-Croatie (25 juin)
Tout vient à point à qui sait attendre

Pendant 117 minutes, ils se seront neutralisés, pire, Croates et Portugais n'ont pas cadré une seule frappe. De quoi décevoir les nombreux fans massés devant les écrans géants à Lisbonne... jusqu’à cette contre-attaque initiée par Cristiano Ronaldo. Au bout de la prolongation et alors que son équipe venait de se sortir d’une situation chaude, Ricardo Quaresma achève les espoirs croates d’une tête sans opposition, mettant fin à presque deux heures de frustration et de sueurs froides.

12.Pologne-Suisse (25 juin)
Fan zone improvisée en délire

Avant l’Euro 2016, la Pologne n’avait jamais gagné qu'une seule rencontre dans un championnat d’Europe. Et comme la Suisse, elle s’était toujours arrêtée au premier tour. Alors, quand le nouveau joueur du Paris Saint-Germain, Grzegorz Krychowiak s’avance et convertit le dernier penalty d’une séance de tirs au but parfaite pour les Polonais (1-1, 5 t.a.b. 4), c’est la folie qui s’empare de la fan zone improvisée d’Ursus, dans la banlieue de la capitale Varsovie.

13.Irlande du Nord-Ukraine (16 juin)La balade de Belfast

Les supporters de l'Irlande du Nord, qui possédent d'ores et déjà le meilleur chant de l'Euro, sont également doués pour célébrer les buts. Celui de Niall McGinn contre l'Ukraine, suivi d'une petite balade musicale dans la fan zone de Belfast, ne déroge pas à la règle.

14.Angleterre - Pays de Galles (16 juin)Coups de pub

Fêter un but dans une fan zone peut déjà s'avérer périlleux, alors dans un pub c'est encore pire. Là encore, le but libérateur de Daniel Sturridge entraîne un lâcher de bières.


Mais ce sont surtout les bousculades, dans un endroit aussi exigu pour autant de supporters qui sont marquantes ici. Les Anglais l'emportent à l'arraché 2-1.


15.France - Albanie (15 juin)
Coup de Grizou

Bis repetita. Les Bleus ont joué une fois de plus avec nos nerfs. La libération est venue cette fois du blondinet madrilène. Un extrait de la liesse au Champ de Mars, à base de Grizou, de drapeaux du monde entier et de Tour Eiffel. Victoire finale 2-0 grâce à une second but de Dimitry Payet.


16.Portugal - Islande (14 juin)
Attention à la chute

En plein centre de Lisbonne, sur l'ensoleillée Place du commerce, célébrer un but portugais peut s'avérer dangereux. La réalisation de Nani contre l'Islande entraîne des sauts, du contact et forcément la chute des objets que l'on tient un peu trop lâchement dans ses mains. Un fan de la Selecçao l'apprend à ses dépens. Résultat final: 1-1.

17.Autriche - Hongrie (14 juin)Comme à la maison

La belle histoire, comme on dit à la télévision. Zoltan Stieber inscrit le second but hongrois face à l'Autriche. Sur ces images, c'est le tout village de Pápa qui célèbre son héros local sous un chapiteau.


18.Pays de Galles - Slovaquie (11 juin)Fontaine de bière

En bon Britannique qu'il est, le Gallois aime la bière, en pinte de préférence. Quand, pour la première participation du Pays de Galles à un Championnat d'Europe et la première compétition internationale depuis la Coupe du monde 1958, Gareth Bale marque sur coup franc, c'est un défilé de bières volantes qui accompagne son but et envahit la fan zone de Cardiff. Victoire finale: 2-1.

Newsletters

Bonus Malthus

Bonus Malthus

1 bougie

1 bougie

Ségolène Royal, ambassadrice des pôles

Ségolène Royal, ambassadrice des pôles

Newsletters