Sports

Comment vraiment réussir son bras d'honneur à l’Euro 2016

Temps de lecture : 5 min

Si Paul Pogba n’avait pas fait un bras d’honneur raté en fin de match face à l’Albanie, la France ne serait pas déchirée sur l’interprétation de son geste.

Capture d’écran du bras d’honneur de Paul Pogba | DR
Capture d’écran du bras d’honneur de Paul Pogba | DR

C’est le geste d’un écolier naïf qui pensait être à l’abri du regard de la maîtresse au fond de la cour d’école. Mercredi 15 juin, au fin fond des arrêts de jeu du match entre la France et l’Albanie pour l’Euro 2016, le milieu de terrain des Bleus Paul Pogba a célébré le but de Dimitri Payet, qui scellait un succès long à se dessiner (2-0), d’un bras d’honneur effectué face à la tribune de presse. Conséquence: un énorme boucan national qui fait oublier que la France est pour le moment la seule équipe qualifiée pour les huitièmes de finale de la compétition.

Sur l’instant, les quelque 13 millions de téléspectateurs qui suivaient la rencontre n’ont rien vu de cette image. Pour la simple raison qu’elle n’a pas été captée en direct par les caméras. Une double polémique a suivi. D’abord, la chaîne BeIN Sports, qui diffuse l’Euro 2016 en intégralité en France, a eu connaissance de l’image mais n’a pas voulu la diffuser. Florent Houzot, son directeur de la rédaction, a justifié ce choix en déclarant à L’Équipe qu’il avait volontairement choisi de ne pas montrer «ce qui ressemble effectivement à un bras d’honneur de Paul Pogba après le but de Payet […] pour ne pas créer de polémiques inutiles». C’est donc la télévision nationale belge, la RTBF, qui a diffusé l’image.

Ensuite, Paul Pogba a démenti, via un communiqué transmis à l’AFP, avoir effectué un bras d’honneur:

«Je veux dire très sincèrement, mais très fermement que, quelle que puisse être l’interprétation que l’on veut donner des images, je n’ai jamais eu l’intention de “manifester”, de m’en prendre à qui que ce soit ou de me venger de quoi que ce soit. J’étais follement heureux de ce dénouement, et me tournant vers la tribune où je savais que se trouvaient ma mère et mes frères, j’ai fait ma sarabande habituelle, bras en l’air et poing levé. Rien de plus, rien de moins.»

Le geste du milieu de terrain de l’équipe de France est raté –ni vraiment un bras d’honneur, ni une danse de joie

Et si une sarabande ne ressemble pas vraiment au geste esquissé par Pogba selon le Larousse, qui la définit plutôt comme une «danse populaire espagnole, de mesure ternaire et d’un mouvement plutôt lente», tout le problème tient en une chose: le geste du milieu de terrain de l’équipe de France est raté –ni vraiment un bras d’honneur, ni une danse de joie.

Geste brouillon

Plutôt que de fâcher Paul Pogba en lui conseillant d’améliorer ses performances sur le terrain –selon une partie une partie de la presse, son bras d’honneur foiré était un acte vengeur destiné aux journalistes qui l’avaient fortement critiqué après le match d’ouverture contre la Roumanie –, nous allons plutôt lui apprendre comment faire un vrai bras d’honneur.

Voici déjà comment le Larousse définit le bras d’honneur: «Un geste de dérision effectué en levant un avant-bras vers l’épaule et en tapant du poing au creux de ce bras plié.»

L’avant-bras levé, c’est selon, peut se prolonger par un poing fermé ou le fameux doigt d’honneur, lorsque l’on «[dresse] le médium tout en refermant la main dans la bonne tradition méditerranéenne», comme le décrit de manière imagée l’universitaire Sophie Fisher dans un article intitulé «L’insulte: la parole et le geste». Quoi qu’il en soit, le bras d’honneur, en prolongeant une insulte verbale par la gestuelle, est devenu lui-même une insulte physique.

Le geste de Pogba est plus brouillon et ne correspond pas tout à fait à ces définitions. Pas de médium en l’air pour accentuer son esquisse de bras d’honneur et, si son poing est serré, ce n’est pas le dos de sa main droite refermée ni ses phalanges qui font face à ceux auxquels l’injure serait adressée mais sa partie charnue, entre l’auriculaire et le poignet.

Exemples réussis

Dans l’histoire du sport, plusieurs athlètes ont réussi le geste parfait, à la fois d’un point de vue technique mais aussi médiatique, réalisant leur bras d’honneur en direct à la télévision, sans risque de voir leur geste censuré par un diffuseur un peu trop scrupuleux.

On se rappelle par exemple du geste de Cristiano Ronaldo, tout en doigté, à l’image de la palette technique qu’il promène sur les terrains d’Europe, à destination d’un joueur de Bilbao lors de la célébration du titre des Madrilènes sur la pelouse du club basque en 2012.

Il y avait aussi ce bras d’honneur bien dessiné du joueur d’Arsenal Jack Wilshere, adressé aux supporters de Manchester United en décembre 2013.

Le plus célèbre dans l’histoire du sport demeure sans doute ce magistral bras d’honneur effectué par le perchiste polonais Wladyslaw Kozakiewicz aux Jeux olympiques de 1980

Mais le plus célèbre dans l’histoire du sport demeure sans doute ce magistral bras d’honneur effectué par le perchiste polonais Wladyslaw Kozakiewicz aux Jeux olympiques de 1980, à Moscou. Médaillé d’or, le perchiste avait été hué par le public russe. Il avait répondu par un bras d’honneur.

Anglais contre Français

De l’autre côté de la Manche, cette gestuelle injurieuse a une forme tout à fait différente. Elle se réalise en dessinant un V avec ses doigts, qui fait face à la cible désignée. Et il y a une raison très simple à cela, souligne Big Browser, le blog du Monde qui consacrait un article à la question en 2012:

«La version spécifiquement anglaise, deux doigts levés en signe de V (à ne pas confondre avec le “V for victory” popularisé par Winston Churchill en 1941), serait née quant à elle, selon la légende, à la bataille d’Azincourt, en 1415. Les Français auraient alors menacé de couper les doigts des archers anglais, lesquels auraient répondu en exhibant fièrement leurs extrémités sur le champ de bataille. Nul ne sait, en revanche, d’où vient la spécificité française du bras d’honneur.»

Le journal britannique The Guardian rapportait notamment comment Wayne Rooney, l’international anglais qui évolue à Manchester United, avait échappé à une sanction après avoir fait ce bras d’honneur à l’anglaise devant le public de Chelsea. Un joueur français, Patrick Viera, s’était lui aussi essayé au V, qu’il avait adressé au fans de Sheffield en 1998, alors qu’il évoluait sous les couleurs d’Arsenal en Premier league anglaise. La police anglaise lui avait infligé une amende de 20.000 livres.

Une chose est sûre, on attend avec beaucoup d’impatience un éventuel choc entre la France et l’Angleterre dans cet Euro 2016, pour voir qui de Pogba ou Rooney aura le mieux travaillé son geste.

Camille Belsoeur Journaliste

Newsletters

Une équipe de foot italienne voulait jouer en blackface pour condamner le racisme

Une équipe de foot italienne voulait jouer en blackface pour condamner le racisme

L'idée était notamment de soutenir Mario Balotelli, récemment victime de cris racistes lors d'un match à Vérone.

Christine Lagarde par ses anciennes coéquipières de natation synchronisée

Christine Lagarde par ses anciennes coéquipières de natation synchronisée

Bien avant le FMI, les ministères ou même les cabinets d'avocat, la nouvelle présidente de la Banque centrale européenne brillait dans les bassins.

Les athlètes britanniques devront savoir se laver les mains pour Tokyo 2020

Les athlètes britanniques devront savoir se laver les mains pour Tokyo 2020

Une mauvaise hygiène peut compromettre leurs chances aux Jeux olympiques.

Newsletters