Sports

Euro 2016: les manches longues, l’apanage du vrai champion

Temps de lecture : 2 min

Le thermomètre excède les 20 degrés mais ils portent fièrement leur maillot jusqu’aux poignets: les manches longues désignent rarement des joueurs moyens.

Antoine Griezmann face à l'Albanie. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP.
Antoine Griezmann face à l'Albanie. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP.

Les beaux jours de la fin du printemps? Rien à faire. La chaleur du début d’été? Pas plus d’effet. Avec les fétichistes des manches longues, le mercure peut grimper autant qu’il le voudra, ils n’abandonneront pas leur sainte tunique pour un maillot à manches courtes qui les ferait redescendre chez les mortels et dévoilerait leurs bras. Porter un maillot complet se mérite, il est presque synonyme d’élu, peu importe le poste.

1.David Beckham
Le précurseur

Dès le début de sa carrière, on savait que le Spice Boy possédait un don. Que ce soit sous la pluie anglaise avec Manchester United, pendant les chaudes après-midi au Real Madrid ou même en pré-retraite au Paris Saint-Germain, l’Anglais a changé de couleurs mais jamais de style de maillot, comme pour préserver le talent de son pied droit, resté intact tout au long de sa carrière.

2.Cristiano Ronaldo
Le bodybuilder

Torse bombé, tête droite tel un coq dans la basse-cour. Le Portugais dégage une puissance physique presque robotique, soutenue par un corps sculpté. Pour préserver cette image de Mister Univers une fois le maillot enfilé, la star du Real Madrid opte pour un manches longues cintré et moulant pour faire apparaître les muscles les plus saillants de son tronc, lui conférant un côté bestial, prêt à tout détruire.

3.Gerard Piqué
Le superstitieux

Le pied droit strappé, les petits sauts après avoir salué l’arbitre… et les manches longues. Gerard Piqué aborde tous ses matches de la même manière, avec ses petits rituels et ses tics, avant d’enchaîner les relances soyeuses avec la Roja ou le FC Barcelone.

4.Sergio Ramos
Le demi-dieu

Avant ses nombreux tatouages aux avant-bras, Sergio Ramos arborait toujours un maillot à manches longues au FC Séville, au Real Madrid ou avec la sélection espagnole. Depuis, l’ancien latéral droit devenu défenseur central retrousse ses longues manches jusqu’aux coudes pour dévoiler ses gravures corporelles… et faire des buts en finale sa spécialité.

5.Wayne Rooney
Le converti

À ses débuts, il était rare de voir le Bad Boy d’Everton affublé d’un maillot à manches longues. L’attaquant anglais, encore un peu brutal, préférait les manches courtes trop larges. Avec le temps, l’expérience et les titres, un sous-maillot à manhes longues s’est immiscé dans l’équipement quotidien du meilleur buteur de la sélection anglaise, pour ne plus jamais le quitter.

6.Antoine Griezmann
Le successeur

«Je joue en manches longues parce que lui le faisait aussi, j’ai aussi pris son numéro, le 7.» Antoine Griezmann a son joueur préféré et cette idole de jeunesse, c’est David Beckham. Que ce soit pour délivrer l’Équipe de France contre l’Albanie ou mener l’Atlético de Madrid vers les sommets européens, le Mâconnais n’arbore plus que des maillots à manches complètes, un gage d’excellence.

7.Marouane Fellaini et Chris SmallingLes usurpateurs

Le Belge et l’Anglais de Manchester United ne sont pas fondamentalement des joueurs mauvais. Mais face aux cadors précités, le longiligne milieu de terrain et le solide défenseur central ne tiennent pas la route. Le poids de l’uniforme.

Bruno Cravo Journaliste

Newsletters

Guerre et paix

Guerre et paix

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

Bons joueurs, la plupart des couples acceptent de poser aux côtés des Wedding Hashers.

Christian Bordeleau, pionnier d'une discipline fermée aux hommes aux Jeux olympiques

Christian Bordeleau, pionnier d'une discipline fermée aux hommes aux Jeux olympiques

Autant un plaisir qu'un geste militant, pratiquer la natation synchronisée est l'occasion d'éclabousser les codes en luttant contre le sexisme et l'homophobie.

Newsletters