Tech & internet / Économie

Être payé par Netflix pour regarder des séries n’est pas si facile

Temps de lecture : 2 min

Deux des prestataires du service de VOD portent plainte contre l’entreprise au sujet de leur statut d’autoentrepreneurs.

Les deux plaignants réclament congés payés, jours fériés, épargne retraite et heures supplémentaires rémunérées.
Les deux plaignants réclament congés payés, jours fériés, épargne retraite et heures supplémentaires rémunérées.

Être payé par Netflix pour regarder des séries n’est pas aussi utopique que vous le croyez. Pour Lawrence Moss et Cigdem Akbay, deux des prestataires qui participent au programme «Project Beetlejuice», que Netflix voulait garder secret, les conditions de travail méritent même de poursuivre en justice l’entreprise californienne, signale The Hollywood Reporter.

L’entreprise avait déjà communiqué sur ses «tagueurs», les personnes rémunérées pour étiqueter les programmes selon leur scénario, mais n’avait jamais évoqué l’existence des «juicers», qui sont chargés de sélectionner les meilleures images fixes des milliers de contenus proposés par Netflix pour illustrer les programmes. Et pour cause. Les deux plaignants racontent qu’il leur est déjà arrivé de travailler plus de quarante heures par semaine. «En théorie, je pourrais fixer mes propres horaires de travail, mais Netflix impose des délais qui imposent un emploi du temps chargé», déplore Cigdem Akbay dans sa plainte.

Droit du travail

Les deux «juicers» –payés 10 dollars par contenu, comme le reste des participants au programme «Beetlejuice»– réclament la rémunération d’heures supplémentaires, en plus de congés payés, de jours fériés et d’une épargne retraite. En somme, tout ce que le statut d’autoentrepreneur des «juicers», comparable à celui des chauffeurs de VTC ou des coursiers à vélo, ne leur offre pas.

À l’heure où des chauffeurs Uber portent plainte contre l’entreprise au sujet de leur statut, l’affaire des «juicers» n’est pas surprenante pour Kate Gold, une avocate du travail interviewé par The Hollywood Reporter: «Le droit du travail n’a pas encore su s’adapter aux nouvelles réalités de l’économie du travail.»

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio