Tech & internet / Économie

Être payé par Netflix pour regarder des séries n’est pas si facile

Temps de lecture : 2 min

Deux des prestataires du service de VOD portent plainte contre l’entreprise au sujet de leur statut d’autoentrepreneurs.

Les deux plaignants réclament congés payés, jours fériés, épargne retraite et heures supplémentaires rémunérées.
Les deux plaignants réclament congés payés, jours fériés, épargne retraite et heures supplémentaires rémunérées.

Être payé par Netflix pour regarder des séries n’est pas aussi utopique que vous le croyez. Pour Lawrence Moss et Cigdem Akbay, deux des prestataires qui participent au programme «Project Beetlejuice», que Netflix voulait garder secret, les conditions de travail méritent même de poursuivre en justice l’entreprise californienne, signale The Hollywood Reporter.

L’entreprise avait déjà communiqué sur ses «tagueurs», les personnes rémunérées pour étiqueter les programmes selon leur scénario, mais n’avait jamais évoqué l’existence des «juicers», qui sont chargés de sélectionner les meilleures images fixes des milliers de contenus proposés par Netflix pour illustrer les programmes. Et pour cause. Les deux plaignants racontent qu’il leur est déjà arrivé de travailler plus de quarante heures par semaine. «En théorie, je pourrais fixer mes propres horaires de travail, mais Netflix impose des délais qui imposent un emploi du temps chargé», déplore Cigdem Akbay dans sa plainte.

Droit du travail

Les deux «juicers» –payés 10 dollars par contenu, comme le reste des participants au programme «Beetlejuice»– réclament la rémunération d’heures supplémentaires, en plus de congés payés, de jours fériés et d’une épargne retraite. En somme, tout ce que le statut d’autoentrepreneur des «juicers», comparable à celui des chauffeurs de VTC ou des coursiers à vélo, ne leur offre pas.

À l’heure où des chauffeurs Uber portent plainte contre l’entreprise au sujet de leur statut, l’affaire des «juicers» n’est pas surprenante pour Kate Gold, une avocate du travail interviewé par The Hollywood Reporter: «Le droit du travail n’a pas encore su s’adapter aux nouvelles réalités de l’économie du travail.»

Newsletters

Bienvenue sur Hundub, le Facebook hongrois complotiste

Bienvenue sur Hundub, le Facebook hongrois complotiste

Conçue comme une alternative au géant américain, cette nouvelle plateforme aux 40.000 utilisateurs, dont le Premier ministre Viktor Orbán, prône une liberté d'expression quasi illimitée.

Les plateformes de streaming vous disent-elles quoi écouter?

Les plateformes de streaming vous disent-elles quoi écouter?

Leurs équipes éditoriales, leurs capacités d'adaptation et leur positionnement sur le marché guident non seulement leurs stratégies, mais également nos pratiques d'écoutes.

Bannir Trump pour réduire les discours de haine sur les réseaux sociaux

Bannir Trump pour réduire les discours de haine sur les réseaux sociaux

Twitter a lâché Trump, et le débat public ne s'en portera que mieux.

Newsletters