Monde

La liste compilée par les Démocrates des critiques sur Trump fait 200 pages

Temps de lecture : 2 min

Le Parti démocrate a répertorié dans un document les déclarations du candidat républicain. Et la liste est longue.

Donald Trump | Gage Skidmore via Flickr CC License by
Donald Trump | Gage Skidmore via Flickr CC License by

En octobre 2015, alors que l’on était encore à treize mois de l’élection présidentielle, que Donald Trump était encore largement considéré comme une erreur statistique et qu’Hillary Clinton était déjà présentée comme la probable future présidente américaine, Bloomberg révélait que l’équipe de campagne de la candidate démocrate essayait déjà de déterrer tout ce qu’elle pouvait sur ses potentiels adversaires en novembre 2016.

Depuis, quelques mois sont passés, et visiblement les Démocrates ont eu le temps de trouver pas mal d’éléments à ressortir sur Donald Trump. Mardi 14 juin, le Washington Post indiquait que des «pirates russes ont infiltré le réseau informatique du comité national démocrate et ont eu accès à la totalité de la base de données des recherches sur le candidat du Parti républicain». À peine deux jours après ces révélations, Gawker a reçu ces plus de 200 pages de documents d’un certain Guccifer 2.0, «une référence au pirate roumain qui a fait fuiter les peintures amateurs de George W. Bush», rappelle The Verge.

À l’intérieur, précise Gawker, Trump est présenté, entre autres, comme un «mauvais businessman» et un «misogyne en chef»:

«Ce document –dont les métadonnées indiquent qu’il a été créé par un stratège démocrate du nom de Warren Flood– a été créé le 19 décembre 2015. [...] Cet énorme document simplement intitulé “Donald Trump Report” semble être un résumé de la stratégie du Parti démocrate pour délégitimer et discréditer les aspirations présidentielles de Trump. [...] Une section intitulé “Top Narratives” décrit une attaque en sept points sur le personnage Trump et ses actions.»

Aucun sens des réalités

En clair, Trump n’est fidèle à personne d’autre qu’à lui-même, il mène une «campagne de divisions et offensive», il présente «des politiques dangereuses et irresponsables» et est un membre de l’élite qui n’a aucun sens des réalités. Le document revient aussi sur sa vie privée, et notamment sur le fait que son ex-femme l’a accusé de viol (avant de revenir sur ses propos).

Donald Trump n’a pas l’air trop inquiet de toutes ces informations puisqu’elles sont publiques depuis des années et que, selon lui, «elles sont fausses et/ou inexactes». Le candidat républicain estime également, dans un superbe raisonnement digne des plus belles théories du complot, que «le comité démocrate s’est lui-même piraté pour que l’on détourne les yeux des nombreux problèmes auxquels le parti et sa candidate pleine de défauts» font face.

Dans les 200 pages de documents, on trouve par ailleurs un court passage sur la France. En novembre 1999, Donald Trump avait estimé que la France «était le pire partenaire que [les États-Unis aient] jamais eu» et qu’elle «vendrait une arme nucléaire à quiconque capable de lui donner 10 centimes de plus que l’autre mec».

Slate.fr

Newsletters

Dans le Massachusetts, une proposition de loi pour criminaliser le mot «salope»

Dans le Massachusetts, une proposition de loi pour criminaliser le mot «salope»

Un député de Boston propose d'ajouter l'utilisation du mot «bitch» à la liste de délits de trouble à l'ordre public.

En Californie, les tensions entre sans-abri et résidents s'accentuent

En Californie, les tensions entre sans-abri et résidents s'accentuent

Campements, seringues et misère humaine mettent à l'épreuve la tolérance et la compassion en Californie.

Infos

Infos

Newsletters