Science & santéMonde

Le changement climatique continue de creuser un énorme cratère en Sibérie

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 16.06.2016 à 11 h 59

Repéré sur Motherboard, Siberian Times

Ce trou sibérien est chaque année plus profond de 18 mètres.

Le cratère situé près de Batagai en Sibérie, via Google Maps

Le cratère situé près de Batagai en Sibérie, via Google Maps

Au cœur de la forêt sibérienne, le peuple local des Iakoutes l’appelle «la porte de l’Enfer». Il y a plusieurs dizaines d’années, non loin de la ville de Batagai, dans la République de Sakha, un cratère est apparu sans prévenir. Depuis, il s’est agrandi, à raison de 18 mètres par an, pour atteindre une profondeur de presque 122 mètres. Le site Motherboard s’est demandé comment un tel phénomène était possible, et il s’avère que son origine était principalement humaine.

 

«À un moment dans les années 1990, écrit le site, une entreprise industrielle aurait rasé une parcelle de la forêt, sans savoir qu’éviscérer la terre de ses arbres enclencherait une catastrophique géologique.» Si l’on ajoute à cela le réchauffement climatique de cette terre pourtant très froide, la terre a fini par se tordre et s’effondrer. On parle dans le jargon scientifique de «megaslump» ou de «thermokarst», c’est-à-dire un vide créé dans le permafrost d’un paysage qui aurait dégelé trop vite, entraînant des fractures dans le sol.

«Je pense que le megaslump de Btagaika va continuer à grandir jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de glace ou qu’il soit recouvert de sédiments qui se sont effondrés, a expliqué à Motherboard le géologue Julian Murton. Il est vraisemblable que d’autres megaslumps se développent en Sibérie si le climat continue de se réchauffer ou de devenir plus humide.»

Épidémie de trous

Ce cratère n’est évidemment pas le seul à avoir surgi en Sibérie. Début 2015, le Siberian Times mentionnait des douzaines de nouveaux cratères dans le nord de la Russie. En 2014, Slate.fr mentionnait justement le travail d’une scientifique qui travaille dans la région et qui pensait avoir une explication face à cette épidémie de cratères et de trous:

«Le réchauffement climatique accélère de manière alarmante la fonte des glaces souterraines, ce qui a pour effet de relâcher du gaz à la manière de l’ouverture d’un bouchon de champagne.»

La dernière fois que la Sibérie a connu un tel phénomène, c’était il y a 10.000 ans, lorsque la Terre quittait le Paléolithique pour l’Holocène. Et cela inquiète fortement les scientifiques, et pas seulement à cause de la fonte du permafrost. «Aujourd’hui, écrit Motherboard, les émissions de gaz à effet de serre atteignent des pics de 400 parties par million et ont largement dépassé les niveaux de CO2 des 280 parties par million qui ont mené à la fin de la glaciation maximale.» L’étude de ces «portes de l’Enfer» sera donc déterminante pour comprendre comment l’homme et le réchauffement climatique affectent notre planète. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte