Sports

Les stats montrent que Dimitri Payet est encore plus fort qu’on ne le croit

Camille Belsoeur, mis à jour le 16.06.2016 à 0 h 27

Le milieu de terrain de West Ham est la nouvelle star des Bleus en ce début d’Euro 2016. Et pas seulement en raison de ses deux buts lors des deux premiers matchs.

Dimitri Payet après son but face à l'Albanie, le 15 juin 2016 au Stade de France | FRANCK FIFE/AFP

Dimitri Payet après son but face à l'Albanie, le 15 juin 2016 au Stade de France | FRANCK FIFE/AFP

C’est le héros de ce début d’Euro 2016 côté français. Dimitri Payet, le milieu de terrain de West Ham en Premier League anglaise, régale autant par sa gestuelle que par ses buts à répétition depuis quelques semaines en équipe de France. Après ses fabuleux coups francs contre la Russie (4-2) ou le Cameroun (3-2) en matchs de préparation de l’Euro 2016, c’est surtout lui qui a libéré toute une équipe et un pays lors du match d’ouverture de la compétition contre la Roumanie (2-1) en inscrivant le but de la victoire d’une frappe magistrale à la 89e minute de jeu, avant d'assurer le succès français face à l'Albanie, au bout des arrêts de jeu (2-0).

 

De quoi devenir l’idole de tout un pays en l’espace de quelques jours. Le journal L’Équipe lui a d’ailleurs consacré sa une le lendemain du match contre la Roumanie avec ce titre: «Payet sauve la fête».

Après le match contre l'Albanie le site spécialisé Squawka parle de lui comme «l'homme magique».

Mais au-delà de ce que l’on voit sur la pelouse, notamment sa passe décisive pour Olivier Giroud puis son but face à la Roumanie, et celui face à l'Albanie, les analyses statistiques poussées montrent que Dimitri Payet est encore plus important que ne le laissent deviner ses coups d’éclat du moment.

Quelqu’un comme Dimitri Payet est très efficace. Il a réussi plus de passes dans la surface de réparation adverse que toute autre joueur de Premier League cette saison

David Sumpter, auteur du livre Soccermatics, au site de la marque Red Bull

Et pourtant, il revient de loin. Clin d’œil du destin à l’heure d’affronter l’Albanie au stade Vélodrome, ce 15 juin, pour le deuxième match de poule de l’équipe de France, le Réunionais avait failli se fermer à toujours la porte des Bleus après une prestation ratée dans les grandes largeurs face à la même Albanie; c’était le 15 juin 2015, lors d’un match amical qui s’était conclu par une piteuse défaite (0-1). Le sélectionneur Didier Descamps lui avait reproché d’oublier les efforts collectifs. À ce moment, «l’affaire semble entendue et son sort scellé en Bleu», rappelle Eurosport.

Depuis, après une saison grandiose avec son club de West Ham, un Dimitri Payet totalement métamorphosé a fait son retour en équipe de France. «Il y a ces chefs-d’œuvre sur coups francs qui ont illuminé la saison. Mais il y a le reste encore: sur chaque contrôle, dribble, prise d’initiative, Payet donne le sentiment de pouvoir faire une différence», écrivait L’Équipe dans son édition du 11 juin.

Le Payet invisible

Selon l’agence Opta, spécialisée dans les statistiques sportives, il est même le joueur qui a créé le plus de situations de but –soit le joueur auteur d’une passe qui débouche sur un tir cadré ou non– lors de la première journée de l’Euro 2016, avec huit occasions créées, devant le Belge Marouane Fellaini et l’Espagnol David Silva

«Les trois joueurs qui ont créé le plus de situations de but lors de la première journée de l’Euro 2016 sont tous des joueurs qui évoluent en Premier League (Payet 8, Fellaini 7, Silva 6). Industrie.»

David Sumpter, un mathématicien qui s’est pris de passion pour l’analyse footballistique et auteur du livre Soccermatics, estime lui aussi que Dimitri Payet est le joueur le plus déterminant au sein de l’équipe de France, ce qu’il explique dans une interview accordée au site de la marque Red Bull:

«Quelqu’un comme Dimitri Payet est très efficace. Il a réussi plus de passes dans la surface de réparation adverse que toute autre joueur de Premier League cette saison, avec une moyenne de 3,7 passes dans la surface adverse par 90 minutes. Je ne suis pas sûr que ce type de statistiques effraye l’adversaire, mais cela n’est pas bon pour eux.

 

C’est seulement quand vous rassemblez une série de statistiques sur une longue période que vous pouvez vraiment avoir une idée claire de comment une équipe ou un joueur est réellement efficace. Kanté et Payet étaient mes deux joueurs favoris dans le championnat d’Angleterre cette saison, et les voir jouer ensemble pour la France est fantastique.»

Pour finir, retenez ce chiffre lors que vous verrez Dimitri Payet s’avancer pour frapper un coup franc pour la suite de la compétition: en 2016, il a transformé 25% de ses coups francs, une moyenne largement supérieure à la concurrence. 

Cet article avait été initialement publié avant le match de la France contre l'Albanie. Nous l'avons mis à jour après la victoire française, ce 15 juin.

Camille Belsoeur
Camille Belsoeur (133 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte