Monde / Life

Devenez critique de cannabis dans le Colorado

Temps de lecture : 2 min

Dans un coffee shop aux Pays-Bas Michael Kooren / Reuters
Dans un coffee shop aux Pays-Bas Michael Kooren / Reuters

Pour certains, il pourrait s'agir du meilleur job de journaliste du monde, même si les deadlines peuvent s'avérer difficiles à tenir. Un journal alternatif de Denver, dans le Colorado, le Westword, a placé une annonce pour un poste de critique. La mission: passer en revue les dispensaires de l'État prodiguant du cannabis à leurs patients, et leurs offres, rapporte le Guardian.

Le journal recherche un chroniqueur pour donner un aperçu des décors et de l'ambiance des institutions, mais surtout donner son opinion sur les nombreuses variétés de marijuana disponibles en toute légalité, de la White Widow à la Orange Bud. La seule condition, en dehors d'être passionné et de savoir écrire, est d'avoir une prescription pour pouvoir acheter du cannabis pour des raisons médicales.

L'idée de créer une chronique spécialisée est venue à l'un des journalistes du Westword, Joel Warner, qui couvre l'industrie du cannabis médical depuis plusieurs années, qui avait noté une disparité dans les dispensaires: «Certains ressemblaient vraiment à la chambre d'un dealer étudiant, aves des posters de Bob Marley et de feuilles de cannabis. D'autres ressemblaient plus à un bureau de dentiste, très propres avec des aquariums dans la salle d'attente. Je me suis dit que quelqu'un devait raconter aux gens ce à quoi ressemblent ces endroits.»

Westword a déjà reçu plus de 120 candidatures, certaines proposant même de travailler gratuitement, sans doute en étant défrayés. «Le cannabis n'est pas important pour moi, c'est ma vie» peut-on lire sur la candidature d'un d'entre eux.

Le cannabis est illégal aux Etats-Unis, mais son usage comme médicament prescrit a été dépénnalisé dans certains états. Devant l'explosion de la vente légale de cannabis et l'acceptation croissante de l'herbe comme antidouleur, le gouvernement d'Obama vient de donner l'ordre aux autorités de ne plus effectuer de raids sur les dispensaires légaux et de ne plus en arrêter les clients, considérant que qu'il y a de meilleurs moyen de lutter contre le trafic de drogue.

Jusqu'à présent, la Drug Enforcement Administration effectuait régulièrement ce genre d'opérations, même si les autorités locales tendaient à ignorer les dispensaires. Le Colorado compte aujourd'hui environ 100 dispensaires, tandis que la ville de Los Angeles en compte à elle seule 800.

[Lire l'article complet sur guardian.co.uk]

A LIRE AUSSI SUR SLATE: «Pourquoi je donne du cannabis à mon fils de 9 ans» ; «Drogue: de l'interdiction de fumer à l'interdiction de penser»

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Dans un coffee shop aux Pays-Bas Michael Kooren / Reuters

Newsletters

Selon Donald Trump, un des vaccins contre le Covid «devrait s’appeler “Trumpcine”»

Selon Donald Trump, un des vaccins contre le Covid «devrait s’appeler “Trumpcine”»

L’ancien président des États-Unis a soutenu qu’un des vaccins devrait porter son nom, lors d’un discours prononcé devant les instances du Parti républicain.

Le #sofagate ou la formidable inconscience européenne

Le #sofagate ou la formidable inconscience européenne

Le président Erdoğan n'a pas eu besoin d'humilier l'Europe, celle-ci s'en est très bien chargée toute seule.

Au Brésil, ravagé par le Covid, des infirmières inventent une nouvelle «Main de Dieu»

Au Brésil, ravagé par le Covid, des infirmières inventent une nouvelle «Main de Dieu»

Avec deux gants en latex remplis d’eau tiède, des infirmières locales essaient de simuler un sentiment de contact humain pour les patients.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters