Culture

Quand les théories de fans gâchent absolument tout le plaisir d’une série

Vincent Manilève, mis à jour le 17.06.2016 à 11 h 40

Le cas de «Game of Thrones» illustre parfaitement l’emballement du public et des médias autour de ce phénomène.

Image extraite de la saison 6 de «Game of Thrones», via Allociné

Image extraite de la saison 6 de «Game of Thrones», via Allociné

AVERTISSEMENT: Attention, cet article contient des spoilers sur les derniers épisodes de Game of Thrones.

Pour peu que vous soyiez un spectateur attentif de Game of Thrones et que vous traîniez sur internet, la semaine qui vient de s’écouler a dû être éprouvante. Dans l’épisode 7 de la saison 6, on nous montrait Arya gravement blessée après un affrontement avec son ennemie jurée, The Waif. Sur les forums de discussion et les réseaux sociaux, les gens s’affolent: comment la jeune Stark a-t-elle pu se laisser piéger ainsi? Est-elle sortie de sa cachette? Va-t-elle vraiment mourir?

Très vite, des internautes échafaudent des théories pour tenter de deviner au mieux ce qu’il va se passer ensuite. Un(e) certain(e) catNamedStupidity va par exemple affirmer qu’Arya et The Waif sont une seule et même personne parce que la jeune femme souffre d’une sorte de trouble dissociatif de l’identité. «D’une certaine façon, The Waif n’est personne, écrit-il/elle. Sa seule mission est de tuer Arya, la Arya intérieure, celle qui ne pourra jamais être l’un des leurs.» Les commentaires affluent par centaines et les médias vont reprendre en masse cette théorie pendant toute la semaine.

D’autres théories vont émerger, toutes aussi improbables, donc toutes aussi passionnantes. On voit alors IPlayNL estimer que la blessure d’Arya est fausse et passionwisdom va plus loin en affirmant qu’il ne s’agit que d’une mise en scène complète dont le seul but est de piéger son ennemie dans le prochain épisode. D’autres vont même prendre une photo de promotion mise en ligne par HBO pour croire au retour d’un personnage qu’ils aiment tant.


«S'il vous plaît faites que ça se produise»

Là encore, les sites s’enflamment, alimentent les spéculations et l’esprit de compétition entre théoriciens du net qui espèrent avoir un petit moment de gloire en visant juste. Les médias, Slate.fr inclus, y trouvent des histoires capables de rassembler les lecteurs.

Sauf que toutes ces théories brassaient du vent car elles étaient fausses. L’épisode huit était bien moins invraisemblable que les dizaines de théories qui passaient sous nos yeux ces derniers jours. Arya était bien blessée, mais ne souffrait pas de maladie mentale et n’avait pas tout mis en scène pour tuer The Waif.

Qu’importe, les fans ont encore un nombre incroyable de théories à se mettre sous la dent, car ce phénomène, qui consiste à faire beaucoup de bruits et de clics, est de plus en plus répandu sur internet. Et si c’est Lost qui a lancé la mode dans les années 2000, c’est Game of Thrones qui l’a élevé au rang de culture à part entière. Ces dernières années, on a ainsi entendu parler de la désormais légendaire équation R+L=J, pour Lyanna Stark + Rhaegar Targaryen = Jon Snow, la transformation de Daenerys Targaryen en méchante, ou de Tyrion Lannister qui serait en fait un Targaryen. Les fans sont si prolifiques que le site Vulture a récemment dressé une liste des cinquante théories les plus populaires.

Mais tout ce mouvement en avant pose deux problèmes, liés à la confirmation ou non de la véracité de ces théories.

Les théories spoilent quand elles sont vraies...

Tout d’abord, une théorie qui se révèle exacte peut devenir un spoiler avant l’heure. L’exemple le plus flagrant étant le retour de Jon Snow, ressuscité par la sorcière Melisandre il y a quelques épisodes à peine. L’année dernière, le dernier plan de la saison nous montrait le Lord commandant de la Garde de la Nuit mort, assassiné par des traîtres. Pendant les mois qui ont suivi, les fans épiaient les photos de tournages, la présence ou non de Kit Harington et la longueur de ses cheveux pour en savoir plus sur son sort. Mais les fans les plus dévoués scrutaient les livres de G.R.R. Martin pour y trouver des indices et établir des théories qu’ils diffusaient en ligne.

Début avril, bien avant la diffusion de la saison six, le journaliste Michael Atlan écrivait ainsi sur Slate.fr: «[Les fans, eux] pensent, par exemple, que Melisandre pourrait faire une petite visite au Châteaunoir et ressusciter Snow.» Et c’est exactement ce qui s’est passé, la théorie a gâché l’effet de surprise et spoilé en avance, même si la mort du personnage préféré du public était peu probable. Et ce n’est pas la seule situation de ce type, la signification de l’origine du nom d’Hodor a été révélée en 2008, huit ans avant l’épisode fatidique. «Au point où nous en sommes, écrivait le Washington Post le 10 juin, il y a tellement de théories de fans un peu partout sur un internet que tous les dénouements possibles pour la série ont déjà été analysés.» Mais contrairement aux spoilers, personne ne s’indigne quand il s'agit de parler théories.

Bien sûr, beaucoup de personnes ne lisent pas les théories et on pourrait nous répondre qu’il suffit de ne s’aventurer sur les pages qui en parlent. Mais quand on voit à quel point les théories s’étalent sur internet et dans nos conversations privées, il paraît difficile d’y échapper sans frapper sa box internet et son smartphone à coups de hache.

…et déçoivent quand elles sont fausses

D’un autre côté, quand des théories très populaires ne sont pas confirmée par la série, les fans peuvent ressentir une certaine déception, voire même de la colère. Pour reprendre le dernier épisode, les auteurs de la série ont, semble-t-il, ruiné deux grosses théories très populaires. La première concernait un combat entre les deux frères Clegane et la seconde le retour de Catelyn Stark sous le nom de «Lady Stoneheart». Rien ne dit que cela n’arrivera pas plus tard, mais les fans n’ont pas caché leur déception face un récit qui ne prenait pas le chemin qu’ils espéraient.


«Deux déceptions dans l'épisode de Game of Thrones ce soir. Pas de #CleganBowl et pas de Lady Stoneheart.»

Un phénomène similaire est survenu plus tôt dans la saison quand les showrunners ont décidé de ne montrer qu’un aperçu de la Tour de la Joie, qui doit pourtant valider la théorie R+L=J.

«Si je n'ai pas de réponse sur la Tour de la Joie d'ici la fin de la saison, je vais faire une révolte.»

Cela va sonner comme une évidence, mais une série n’a pas toujours l’obligation de se dérouler comme on le souhaite. La démarche de donner au fan ce qu’il attend existe, notamment dans les sitcoms, et Friends en est un exemple parfait. Mais pourquoi les créateurs devraient-ils toujours donner au public ce qu’il attend, à savoir, souvent, un happy ending en bonne et due forme?

On peut parler ici de «l'affaire» Lost. Cette série qui apparaît comme pionnière en terme de théories de fans sur internet, a énormément déçu ceux qui attendaient des réponses à toutes les questions et mystères soulevés. Personne n'avait envie de se contenter de l'explication, et plusieurs années après la fin de la série, on leur pose encore des questions dessus. Il est normal de s’attacher à des personnages, de se soucier de leur destin et même de fondre en larmes (ou de s'indigner) quand ils meurent. Mais l'histoire et les personnages, aussi proches de nous soient-ils, ne dépendent que de la créativité et de la volonté des auteurs et des showrunners. Il nous faut l’accepter, le respecter, et attendre de visionner les épisodes ou de lire les livres. 

Vincent Manilève
Vincent Manilève (353 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte