Allemagne / Histoire

Ce jour où l’aviation britannique a coulé le «Titanic nazi»

Temps de lecture : 2 min

Les derniers passagers du Cap Arcona ont connu un destin tragique.

 Paquebot de luxe typique de la première moitié du XXe siècle | Der Vollstrecker via Flickr CC License by
Paquebot de luxe typique de la première moitié du XXe siècle | Der Vollstrecker via Flickr CC License by

Plus de 200 mètres de longs, 27.500 tonnes, d’imposantes cheminées, le paquebot nazi Cap Arcona ressemblait à s’y méprendre au célèbre Titanic de la White Star Line. Le journal Newser revient sur le sort funeste du navire à l’occasion de la publication d’un nouveau livre signé Robert P. Watson, professeur à l’université Lynn, en Floride, intitulé The Nazi Titanic: The Incredible Untold Story of a Doomed Ship in World War II (titre que l’on pourrait traduire par Le Titanic nazi: l’incroyable histoire d’un bateau condamné de la Seconde Guerre mondiale).

Mis en service en 1927, le navire de luxe enchaîne d’abord les croisières à travers l’Atlantique et sert à plein temps la propagande nazie, qui lui consacre même un film. Mais la fin de la Seconde Guerre mondiale sonne également le glas du Cap Arcona.

Pris au piège

Réquisitionné par la marine allemande, le Cap Arcona doit sauver, au mois d’avril 1945, ce qui peut encore l’être d’un Troisième Reich en pleine déroute. En mai 2015, Slate.fr revenait sur la transformation en camp de concentration de ce paquebot jusqu’au 3 mai 1945, seulement cinq jours avant l’armistice. Début mai, le Cap Arcona, accompagné de deux autres navires, le Thielbeck et l’Athen, embarque quelque 4.500 déportés du camp de Neuengamme, près de Hambourg. Les trois bateaux, ancrés dans la baie de Lübeck, sur la mer Baltique, vont alors subir les attaques des pilotes britanniques: le 3 mai, les bombardiers pilonnent le paquebot pour couler avec le navire un des symboles du projet nazi.

Mais, amassés dans les cales du bateau, les déportés sont pris au piège. Il n’y aura qu’à peine plus de 300 survivants sur l’ensemble des trois bateaux et le naufrage, parmi les plus grandes catastrophes maritimes de l’histoire, fera plus de 7.000 morts, soit cinq fois le nombre de vies perdues dans celui du Titanic.

Si d’anciens officiers SS avaient prétendu à la fin de la guerre avoir voulu transporter les survivants des camps vers la Suède, le journal Der Spiegel qualifiait fin avril 2015 cette version de peu plausible; il est possible que «les SS aient voulu couler les bateaux avec à leur bord les prisonniers», une hypothèse confortée par le fait qu’aucun pavillon qui aurait permis aux soldats britanniques de distinguer le Cap Arcona des bâtiments utilisés par la marine allemande pour le transport des troupes n’avait été hissé sur le navire.

Slate.fr

Newsletters

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Un manuel des forces soviétiques de 1974 recense de nombreux conseils à destination des instructeurs.

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Newsletters