Égalités / LGBTQ / Monde

Le genre «neutre» reconnu pour la première fois aux États-Unis

Temps de lecture : 2 min

Ni homme, ni femme, Jamie Shupe est la première personne a être administrativement reconnue comme neutre aux États-Unis.

Un juge d’Oregon a accordé à une personne le droit de ne pas s’identifier administrativement au genre féminin ou masculin | Dave Goodman via Flickr CC License by

«Une avancée historique», s’est réjoui Kris Hayashi, le directeur exécutif du Centre juridique californien pour les personnes transgenres. Le 10 juin 2016, pour la première fois aux États-Unis, un juge d’Oregon a accordé à une personne le droit de ne pas s’identifier administrativement au genre féminin ou masculin, et par conséquent de se décréter neutre ou non binaire, rapporte le New York Times.

«Je me sens totalement affranchi-e des limitations dues au fait d’être un homme ou une femme», a confié Jamie Shupe au New York Times après le verdict.

L’apogée d’un parcours d’une cinquantaine d’années. L’ancien-ne sergent-e de l’armée américaine est né-e avec un appareil génital masculin mais s’est identifié-e très tôt au genre féminin sans que sa mère ne l’accepte. Pendant son temps passé à l’armée, Jamie Shupe «vivait dans la peur».

Tolérance

Ce n’est qu’après avoir pris sa retraite, à 49 ans, que Jamie décide de vivre pleinement son identité de femme, réprimée durement pendant son enfance et sa carrière militaire. Victime de transphobie à Pittsburgh, Jamie emménage à Portland –dans l’Oregon– en 2014, une ville réputée pour sa tolérance envers la communauté LGBT.

C’est dans cette ville qu’il-elle se rend compte qu’aucun genre ne lui convient et qu’il-elle adresse une requête à la cour de justice orégonaise. Une action qui avait des chances d’aboutir parce que la juridiction orégonaise ne limite pas spécifiquement les choix de genre aux options «masculin» ou «féminin», a expliqué au New York Times l’avocat de Jamie Shupe, Lake Perriguey: pendant des dizaines d’années, la procédure pour changer de sexe était aussi simple à suivre que celle visant à changer de nom.

Foster Noone, un membre du Conseil national des jeunes du Centre juridique pour les personnes transgenres, a déclaré au New York Times que le verdict était une nouvelle très encourageante pour les jeunes qui se considèrent neutres.

Slate.fr

Newsletters

Derrière le syndrome de l'imposteur se cache un problème de classe

Derrière le syndrome de l'imposteur se cache un problème de classe

Ce terme en apparence médical pousse les gens à se blâmer eux-mêmes alors que l'injustice est structurelle.

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Nombreuses sont celles qui, dans un contexte sexuel, vont tout faire pour cacher les sécrétions qui tapissent leurs sous-vêtements. Ce geste n'est pas sans conséquence.

La «culpabilité blanche» à l'ère de Trump façonne les primaires démocrates

La «culpabilité blanche» à l'ère de Trump façonne les primaires démocrates

L'égalité raciale devient un thème de campagne chez les Démocrates blanc·hes.

Newsletters