Tech & internet

Les textos sont devenus un moyen de dire au revoir au moment des tragédies

Temps de lecture : 2 min

De plus en plus d’histoires tragiques citent le téléphone comme dernier moyen de contact entre une victime et ses proches.

Image extraire d'un reportage de la chaîne FOX 35 WOFL
Image extraire d'un reportage de la chaîne FOX 35 WOFL

Nous vous en parlions lundi 13 juin: Eddie, l’une des victimes de la terrible fusillade du club gay Pulse, à Orlando, a envoyé, juste avant d’être abattu, de nombreux messages à sa mère. «Maman je t’aime», a-t-il écrit avant de lui dire qu’il allait mourir. Puis plus de message. Sa mère n’aura la confirmation de son décès que de longues heures plus tard.

Si l’on en croit le Washington Post, ce genre d’échange est de plus en plus répandu dans ces situations tragiques, où les victimes sont persuadées d’être assassinées dans les minutes qui viennent. Fin 2015, lors de la fusillade de San Bernardino, une victime, qui a finalement survécu, a ainsi envoyé un message «Je vous aime les gars. Je me suis fait tirer dessus» et une photo de son visage alors qu’elle était allongée sur le sol. Quelques mois plus tôt, les derniers mots d’un Marine à sa petite amie étaient ceux d’un texto, «TIREUR ACTIF», juste avant qu’il soit tué à Chattanooga, dans le Tennessee. Lors de l’attaque du Bataclan le 13 novembre 2015, Marielle Timme, présente dans la salle, a elle aussi envoyé un message, comme elle l’a raconté à France 3 par la suite: «Le premier message que j’ai envoyé c’était à mes parents: “Je vais mourir je vous aime.” Ils pensaient que c’était parce que je m’éclatais au concert.»

Reprendre le contrôle sur une situation tragique

Par le passé, on écrivait sur un mur, sur une feuille de papier pour livrer un dernier message. Aujourd’hui, le téléphone est devenu le réceptacle de nos dernières tentatives de connexion avec le monde. Lors des attentats du 11 septembre 2001, un passager du vol United Airlines 175 laissait un message vocal sur le répondeur de sa femme pour lui dire: «Si les choses tournent mal, et elles en ont l’air, je veux que tu saches que je t’aime plus que tout.» Les textos ont renforcé ce mouvement car ils sont plus discrets et plus faciles à utiliser:

«Maintenant, dans nos poches, nous avons de petits appareils qui peuvent nous connecter rapidement et silencieusement à presque n’importe qui dans le monde, écrit le Washington Post. Dans un moment inimaginable, quand on réalise que notre prochain mouvement pourrait être le dernier, nous pouvons choisir de le passer à écrire un dernier appel à l’aide, un dernier message d’amour.»

Cette démarche peut éviter aux proches de la victime d’apprendre la tragédie d’une façon trop impersonnelle, via un appel ou quelques coups frappés à la porte. «Ma famille est heureuse que ma mère ait eu l’opportunité de lui parler et de lui répondre à ce moment, a expliqué au Post Lakitra Justice, sœur d’Eddie. Certaines familles n’ont pas eu ça.» Mais d’un autre côté, en étant alertés via message, les proches doivent parfois affronter directement l’incertitude autour du destin de leur proche, créant un climat d’extrême angoisse et de peur.

Maureen Keeley, professeure en communication à l’université d’État du Texas, a écrit un livre sur le sujet: Final Conversations: Helping the Living and the Dying Talk to Each Other, que l’on pourrait traduire par Dernières conversations: Aider les vivants et les mourants à se parler. Elle y explique notamment le besoin urgent de communiquer quand on sent la fin approcher, que ce soit pour mettre fin à un conflit, dire à quelqu’un qu’on l’aime ou parler de foi et de spiritualité. «Vous n’avez plus de contrôle à la fin, explique-t-elle au Washington Post. Mais maintenant nous avons ce petit espace de contrôle sur notre communication, pour savoir que l’on peut au moins dire “au revoir”, que l’on peut au moins dire “je t’aime”.»

Slate.fr

Newsletters

Un algorithme va décoder les pleurs des bébés

Un algorithme va décoder les pleurs des bébés

Fini l’indécision et l’ignorance de savoir si votre petit veut être nourri ou changé.

Donald Trump a dépensé presque un million de dollars pour qu’on lui souhaite un bon anniversaire sur Facebook

Donald Trump a dépensé presque un million de dollars pour qu’on lui souhaite un bon anniversaire sur Facebook

Une stratégie loin d’être anodine avec les futures élections en 2020.

Tinder et Grindr, nouveaux lieux de la prostitution

Tinder et Grindr, nouveaux lieux de la prostitution

Les applis de rencontres sont devenues un outil privilégié pour proposer et trouver des relations sexuelles rémunérées.

Newsletters