Santé / Parents & enfants

Voici le temps de sommeil idéal pour les moins de 18 ans

Temps de lecture : 2 min

Voilà qui explique pourquoi un enfant qui se couche tôt le samedi soir refuse de comprendre qu’il ne faut pas se lever avec les poules le dimanche matin.

On connaît le nombre d’heures de sommeil nécessaires à nos chers mouflets en fonction de leur âge | woodleywonderworks via Flickr CC License by

Il n’est pas dit que la simple lecture de ces chiffres les convainque d’arrêter de nous réveiller tous les dimanches dès l’aube alors qu’on aurait tellement aimé faire la grasse matinée mais nous avons désormais une référence officielle à indiquer à nos enfants en matière de quantité de sommeil. Dix mois d’étude consistant à compiler des centaines d’articles sur le sujet ont permis à l’Académie américaine de la médecine du sommeil (American Academy of Sleep Medicine, AASM) d’établir une grille indiquant le nombre d’heures de sommeil nécessaires à nos chers mouflets en fonction de l’âge de ceux-ci:

  • Un enfant de 4 à 12 mois devrait dormir entre douze et seize heures par jour;
  • Un enfant de 1 à 2 ans devrait dormir entre onze et quatorze heures par jour;
  • Un enfant de 3 à 5 ans devrait dormir entre dix heures et treize heures par jour;
  • Un enfant de 6 à 12 ans devrait dormir entre neuf et douze heures par jour;
  • Un enfant de de 13 à 18 ans devrait dormir entre huit et dix heures par jour.

Jusqu’à l’âge de 5 ans, il est indiqué que cette durée journalière inclut aussi les heures de sieste. En revanche, dès 6 ans, il semble compliqué de pouvoir faire un somme en journée, notamment parce que les rythmes scolaires ne le permettent absolument pas.

Régularité

Ces quantités horaires sont plus faciles à remettre en perspective lorsqu’on les associe aux heures auxquelles il faudrait coucher nos enfants afin de les contraindre à dormir suffisamment. Prenons l’exemple d’un enfant âgé de 4 ans: à une sieste de deux heures doit donc s’ajouter une nuit de huit à onze heures, ce qui signifie que, si l’enfant en question se lève chaque matin à 7 heures pour aller à l’école, il lui suffit de se coucher entre 21 heures et 23 heures. Sauf troubles du sommeil ou enfant turbulent, cela semble être un horaire extrêmement tardif, notamment si les parents veulent préserver leurs soirées au calme et leur santé mentale. Mais cela semblerait en tout cas expliquer pourquoi un enfant qui se couche tôt le samedi soir refuse de comprendre qu’il ne faut pas se lever avec les poules le dimanche matin.

Les représentants de l’AASM insistent bien évidemment sur le fait que dormir suffisamment permet notamment d’obtenir de meilleurs résultats en matière d’attention, de mémoire, d’apprentissages ou de santé mentale et physique. Une liste de maladies et de pathologies pouvant être liées au manque de sommeil est également citée dans le rapport, comme l’hypertension, le diabète, l’obésité et certains problèmes mentaux.

La bataille qui consiste à contraindre les ados à ne pas s’endormir vers 2 heures du matin en semaine a donc plus d’un enjeu. Et il semble que rattraper durant le week-end le retard de sommeil accumulé pendant la semaine ne constitue pas une tactique satisfaisante, étant donné que c’est la régularité qui prime. L’AASM insiste sur ce point fondamental: les quantités de sommeil indiquées sont bel et bien journalières et ne peuvent être multipliées par sept pour obtenir des volumes hebdomadaires que l’on pourrait gérer comme on le souhaite. Bonne chance à tous les parents de collégiens et lycéens.

Newsletters

Les chats aussi attrapent le Covid-19 et peuvent se le transmettre

Les chats aussi attrapent le Covid-19 et peuvent se le transmettre

Ils ne présentent cependant aucun symptôme du virus.

Raout

Raout

Politique pestacle

Politique pestacle

Newsletters